NOUVELLES
17/03/2013 11:35 EDT | Actualisé 17/05/2013 05:12 EDT

Washington exhorte Bangui et la rébellion à respecter leur accord de paix

La diplomatie américaine a exhorté dimanche la Centrafrique et la rébellion Séléka à respecter l'accord de paix qu'elles avaient scellé en janvier à Libreville, face à un regain de violences ces dernières semaines dans le pays.

"Les Etats-Unis sont profondément inquiets de la dégradation continue de la sécurité en République centrafricaine. Nous appelons le président (François) Bozizé et les dirigeants de l'alliance de la Séléka à mettre fin immédiatement aux hostilités et à appliquer l'accord de Libreville", a écrit dans un communiqué la porte-parole du département d'Etat, Victoria Nuland.

A la mi-décembre, les rebelles de la Séléka avaient pris les armes contre le régime du président Bozizé, menaçant la capitale Bangui, mais leur avance avait été stoppée par une intervention régionale. Un accord de paix a été signé, le 11 janvier à Libreville, au Gabon, débouchant sur la formation d'un gouvernement d'union nationale, auquel participe la rébellion.

Mais depuis fin février, une faction de la Séléka s'est emparée de localités dans le nord, le sud et l'est de la Centrafrique.

"Le gouvernement d'union nationale est l'unique entité représentative, qui a fait l'objet d'un accord entre toutes le parties à Libreville et qui est à même de diriger le pays dans cette période critique de transition", a insisté Mme Nuland, pressant "les dirigeants de la région et la communauté internationale de soutenir totalement le Premier ministre (Nicolas) Tiangaye".

M. Tiangaye, dont la nomination avait été soutenue par la Séléka mais qui l'avait ensuite accusé d'être "faible", est chargé de conduire la transition vers la paix et la tenue d'élections législatives d'ici un an.

Coalition formée fin 2012, la Séléka est composée de deux principaux groupes rebelles et de plusieurs petits groupes armés.

Les rebelles de la Séléka continuent d'exiger de Bangui la libération de prisonniers politiques et le départ des troupes étrangères de la Centrafrique, en particulier sud-africaines.

nr/are