NOUVELLES
17/03/2013 11:45 EDT | Actualisé 17/05/2013 05:12 EDT

Un autre moine tibétain s'immole par le feu devant un monastère en Chine

PÉKIN, Chine - Un moine bouddhiste tibétain s'est immolé par le feu dans un monastère de l'ouest de la Chine récemment identifié par les autorités comme le coeur de ces gestes de protestation qui frappent la région, ont indiqué des informations publiées dimanche.

Le diffuseur radiophonique Radio Free Asia, soutenu par les États-Unis, a annoncé que Lobsang Thokmey, âgé de 28 ans, était le 108e Tibétain à s'immoler par le feu dans le cadre d'une série de manifestations contre le contrôle chinois et les restrictions religieuses entrées en vigueur en février 2009. Le geste est survenu le jour du cinquième anniversaire d'un coup de force gouvernemental dans la région, en 2008, lors duquel la police a ouvert le feu contre la foule, tuant supposément 10 personnes.

Transportant un drapeau de prière, le moine en feu a couru vers l'entrée du monastère avant de s'effondrer. Il a été transporté rapidement à l'hôpital, où il est mort, précisent les informations.

Des appels auprès des bureaux locaux du gouvernement et de la police sont demeurés sans réponse.

Au dire du groupe de défense des droits Free Tibet, le corps du moine a été retiré par un important contingent de forces de sécurité à l'hôpital du comté.

Plus tôt ce mois-ci, Wu Zegang, le gouverneur de la préfecture d'Aba, a accusé les moines de ce monastère de collaborer avec les Tibétains en exil, incluant le Dalaï Lama, leur leader spirituel, pour pousser les citoyens à s'immoler par le feu. Il n'a cependant pas offert de preuves. Selon le Dalaï Lama et les Tibétains en exil, le climat répressif de Pékin est plutôt à blâmer.

Les autorités chinoises ont été incapables de mettre fin à la série d'immolations, malgré l'implication majeure des forces de sécurité, d'informateurs, et la mise en place d'autres politiques sévères que des détracteurs ont associé à l'augmentation du ressentiment.