NOUVELLES
17/03/2013 05:40 EDT | Actualisé 17/05/2013 05:12 EDT

Règlement sur les chiens à Lévis : une mesure qui fait des mécontents

La décision récente de la Ville de Lévis de resserrer sa réglementation au sujet des chiens dangereux a alimenté les discussions ce week-end au Salon Info-Canin, qui s'est tenu au centre Laurier Québec.

Les Lévisiens n'avaient déjà pas le droit de posséder de pitbull, mais ils n'ont désormais plus le droit, en vertu de la nouvelle réglementation adoptée au début mars, d'être propriétaires d'un chien possédant des caractéristiques similaires.

Certains propriétaires de chien qualifient cet amendement de « raciste ». C'est le cas de Laval Provencher, organisateur du Salon Info-Canin. « Qu'on interdise le pitbull, ça, moi, ça ne me dérange absolument pas, au contraire, mais qu'on ajoute les races connexes, ça, ça me dérange beaucoup », lance-t-il.

« Ce n'est pas en interdisant des races qu'on va corriger le problème. C'est en travaillant sur les races, en travaillant avec les éleveurs de ces races-là et ben des fois en travaillant avec les propriétaires et les futurs propriétaires de ces races de chien là qu'on va vraiment prendre un bon contrôle sur ce qui va se passer dans le futur », plaide M. Provencher.

Gilbert Bédard, un entraîneur canin spécialisé en comportements agressifs, affirme que certains chiens peuvent être plus agressifs que d'autres en raison de la génétique, mais il reconnaît que les propriétaires doivent être également responsables.

« On peut faire ce qu'on veut avec des chiens, mais c'est le maître, au bout de la ligne, qui doit penser ce qu'il veut », fait savoir M. Bédard.

Plutôt que d'interdire certaines races de chiens, des villes comme Québec ont plutôt choisi de réglementer les chiens dangereux. « Ce que la Ville devrait faire, elle devrait obliger toute personne à avoir un cours d'obéissance », suggère M. Bédard.