NOUVELLES
17/03/2013 01:46 EDT | Actualisé 17/05/2013 05:12 EDT

Ottawa demande le nettoyage d'urgence d'une mine toxique contaminée à l'arsenic

YELLOWKNIFE - Des responsables fédéraux font des pieds et des mains pour nettoyer une mine d'or du nord canadien en ruines et abandonnée qui pose un danger imminent d'émettre des quantités massives d'arsenic, d'amiante et d'autres toxines.

La mine Giant, située tout près de Yellowknife, a été un pilier de l'économie locale pendant 50 ans. Mais son or était pris dans des cristaux d'arsénopyrite, et après la fermeture de la mine en 2004, environ 237 000 tonnes d'arsenic trioxide hautement toxique et soluble dans l'eau sont restées sur les lieux.

Une grande partie de l'arsenic a été renvoyée sous terre, où d'énormes piles poussiéreuses du poison reposent dans 15 enceintes souterraines, certaines assez grandes pour avaler un édifice de 11 étages. Environ 3 600 mètres cubes d'arsenic et de matériel contaminé à l'arsenic sont demeurés dans des structures de surface qui ne sont pas protégées, et dans plusieurs cas, exposées aux éléments.

Un projet au coût de 488 millions $ pour nettoyer l'endroit et congeler sur place l'arsenic souterrain — le plus important nettoyage environnemental du Canada — fait toujours l'objet d'un examen réglementaire.

Mais des rapports d'ingénierie affirment que les édifices et certaines des cavernes souterraines sont en si piètre état que le nettoyage doit commencer aussitôt que possible pour contenir les divers poisons parmi lesquels figurent aussi du mercure, du cyanide et du diphényle polychloré.

Le ministère des Affaires autochtones et du Développement du Nord a fait une demande de nettoyage d'urgence dans laquelle il indique que «plusieurs des éléments souterrains montrent des signes de défaillance, dont la formation d'un gouffre à la surface».

«Il y a de potentiels impacts significatifs à l'environnement et de lésions à des humains à cause de gaines défaillantes, de l'effondrement partiel d'édifices et l'exposition d'arsenic et d'amiante à des humains et à la faune», continue la demande.

Mark Palmer, le conseiller principal du ministère pour le projet de la mine Giant a résumé que «c'était pas mal épeurant», ajoutant que les responsables étaient inquiets de ce qui pourrait arriver si les galeries s'écroulaient et qu'il y avait un échappement de toxines.

«On dit que ça pourrait arriver. C'est un risque inacceptable. Notre but premier est la santé et sécurité de la population nordique et des gens sur les lieux», a-t-il fait valoir.

Il a dit espérer que les approbations réglementaires seront données d'ici le mois de juin.