NOUVELLES
17/03/2013 04:35 EDT | Actualisé 16/05/2013 05:12 EDT

Le gouvernement pakistanais franchit la ligne d'arrivée, une première

Le gouvernement du Pakistan a franchi une étape majeure samedi. Le Parlement est devenu la première assemblée élue démocratiquement à terminer son mandat, dans ce pays touché par trois coups d'État et des troubles politiques persistants.

Le premier ministre, Raja Pervez Ashfraf, a prononcé son discours d'adieu samedi soir. Il a qualifié son mandat de « victoire pour la démocratie ».

« Qu'une personne ordinaire comme moi soit aujourd'hui premier ministre du Pakistan est une source de plaisir pour moi et donne l'espoir d'une continuation de la démocratie », a-t-il dit.

Mais après des années d'attaques de militants, de pannes d'électricité de plus en plus graves, et de croissance économique hésitante, le parti politique qui a pris le pouvoir il y a cinq ans dans la foulée d'une vague de sympathie suivant l'assassinat de la charismatique leader Benazir Bhutto aura probablement plus de difficultés à ravir les électeurs, cette fois-ci.

Signe des divisions, les politiciens n'ont pas réussi à conclure une entente sur la formation d'un gouvernement intérimaire à temps pour la dernière session du Parlement, samedi, avant la tenue de nouvelles élections.

Selon la constitution du pays, une élection devrait avoir lieu dans 60 jours, mais aucune date n'a encore été fixée par le président, Asif Ali Zardari.