NOUVELLES
17/03/2013 11:36 EDT | Actualisé 17/05/2013 05:12 EDT

É.-U.: deux footballeurs sont condamnés pour le viol d'une mineure

STEUBENVILLE, États-Unis - Deux membres d'une équipe de football bien connue du niveau secondaire, en Ohio, ont été reconnus coupables dimanche d'avoir violé une adolescente saoule de 16 ans, et le procureur général de l'État a affirmé que l'affaire n'était pas terminée, indiquant qu'il enquêtait à savoir si des entraîneurs, des parents et d'autres élèves avaient eux aussi violé la loi.

Trent Mays, âgé de 17 ans, et Ma'Lik Richmond, âgé de 16 ans, ont tous deux été condamnés à un an dans une prison pour mineurs dans le cadre d'une affaire qui a ébranlé la ville de Steubenville, dans le Midwest. L'histoire a aussi mené à des allégations de couverture pour protéger l'équipe de football de niveau secondaire, qui a remporté neuf championnats d'État. Mays a écopé d'une année supplémentaire pour avoir photographié l'adolescente nue.

Les deux coupables peuvent être détenus jusqu'à ce qu'ils atteignent l'âge de 21 ans.

Le crime, qui a eu lieu lors d'une fête organisée l'été dernier, a choqué plusieurs habitants de la ville en raison du manque de considération allégué avec lequel d'autres élèves ont sorti leurs téléphones pour enregistrer l'agression, et en ont discuté en ligne. En fait, l'affaire a fait surface après une série de messages texte, de communications sur les médias sociaux, et via des photos et des vidéos publiées en ligne.

Immédiatement après le verdict, le procureur général de l'Ohio, Mike DeWine, a annoncé qu'il rassemblerait un grand jury le mois prochain pour enquêter et déterminer si une autre personne devrait être accusée. Notant que 16 personnes avaient refusé de parler, dont plusieurs mineurs, M. DeWine a déclaré que diverses offenses pourraient faire l'objet de l'enquête.

Aux dires du magistrat, la communauté doit savoir que justice a été rendue.

Mays et Richmond ont été accusés d'avoir pénétré l'adolescente avec leurs doigts, tout d'abord sur le siège arrière d'une voiture en marche après une soirée où des mineurs ont consommé de l'alcool, le 11 août, puis dans le sous-sol d'une maison.

Les procureurs ont argué que la victime était dans un état d'ébriété si avancé qu'elle ne pouvait consentir à une relation sexuelle, tandis que la défense a affirmé que l'adolescente savait ce qu'elle faisait et était connue pour mentir.