NOUVELLES
16/03/2013 08:32 EDT | Actualisé 16/05/2013 05:12 EDT

Les élus d'Union Montréal s'entendent pour garder leur parti en vie

MONTRÉAL - Les élus d'Union Montréal ont décidé de ne pas saborder leur formation politique.

La décision a été prise samedi à l'issue d'un caucus réunissant les conseillers et les maires d'arrondissement qui siègent toujours pour le parti municipal de l'ancien maire Gérald Tremblay.

Par voie de communiqué, le chef intérimaire de la formation, Richard Deschamps, a indiqué que «tous [avaient] manifesté le désir qu'Union Montréal continue».

L'avenir du parti demeure néanmoins compromis, notamment en raison des nombreuses allégations dont il continue de faire l'objet jour après jour à la Commission Charbonneau.

Plusieurs élus ont aussi claqué la porte de la formation depuis le départ de M. Tremblay pour siéger comme indépendants et les bureaux de la formation ont fait l'objet d'une perquisition de l'Unité permanente anticorruption (UPAC) lors d'une vaste opération menée le mardi 19 février.

Richard Deschamps a également subi un important revers lors de l'élection du maire par intérim de Montréal. C'est finalement son ancien collègue Michael Applebaum qui a remporté la course, notamment grâce à l'appui des deux partis d'opposition à l'Hôtel de Ville: Vision Montréal, mené par Louise Harel, et Projet Montréal, dirigé par Richard Bergeron.

Ces deux formations ont d'ailleurs été récompensées lors de la formation du comité exécutif en voyant plusieurs de leurs membres accéder à des postes-clés.

Avec 24 représentants sur 65, Union Montréal se trouve aujourd'hui en situation minoritaire au conseil de ville, alors qu'il possédait une majorité de 39 élus au lendemain du scrutin de 2009.

Les prochaines élections municipales auront lieu le 3 novembre 2013.