NOUVELLES
16/03/2013 09:15 EDT | Actualisé 16/05/2013 05:12 EDT

Le régime syrien utilise de plus en plus les bombes en grappes

BEYROUTH - Le régime syrien a de plus en plus souvent recours aux bombes à sous-munitions, interdites dans de nombreux pays, a soutenu samedi Human Rights Watch.

L'organisation humanitaire a soutenu que l'armée de Bachar al-Assad avait largué au moins 156 bombes à sous-munitions à 119 différents endroits au cours des six derniers mois, faisant bondir le nombre victimes chez les civils.

Deux frappes survenues dans les deux dernières semaines ont tué 11 civils, incluant deux femmes et cinq enfants, selon le rapport de Human Rights Watch, qui dit s'appuyer sur des enquêtes de terrain et des analyses portant sur environ 450 vidéos tournées par des amateurs.

Les bombes à sous-munitions explosent en vol, répandant des engins explosifs de plus petite taille. Certains d'entre eux n'explosent pas immédiatement, ce qui pose un risque important pour les civils.

Le sanglant conflit syrien amorce sa troisième année. Les combats ont fait environ 70 000 victimes en plus de forcer quatre des 22 millions d'habitants à l'exil, selon des estimations des Nations unies.

Samedi, des rebelles ont fait exploser une voiture piégée en face d'un immeuble à étages de Deir el-Zour, provoquant des affrontements avec les troupes du régime de Bachar al-Assad, selon la télévision d'État et des militants.