Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Les enfants américains vont enfin pouvoir manger des "Kinder Surprise" (ou presque)

ÉTATS-UNIS – C'est un plaisir dont les petits Américains étaient privés depuis 75 ans. Petits et grands vont pouvoir se rattraper, laissant libre cours à une rage gourmande.

Dans le pays où il est plus facile d'acheter des armes à feux que du fromage français, la commercialisation des oeufs au chocolat surprise (les fameux Kinder Surprise) est indirectement interdite depuis 1938. "Les produits de confiserie contenant un objet sans valeur nutritive, partiellement ou totalement encastré, ne peuvent pas être vendus aux États-Unis", dit la loi américaine, respectée à la lettre : pas un Kinder Surprise n'est vendu (légalement) dans le pays.

Selon les autorités sanitaires et de protection des consommateurs, ces oeufs enrobant une figurine ou un petit jouet sont dangereux, les enfants risquent l'étouffement s'ils avalent un bout de plastique ou gobent l'oeuf d'un coup d'un seul. L'importation d'oeufs en chocolat surprise est également drastiquement surveillée : un touriste qui tenterait de faire entrer des Kinder sur le territoire américain risque une amende qui peut théoriquement s'élever à 2500$ par œufs, note la version américaine du HuffPost.

Et il aura fallu trois ans de développement à une société basée à Lebanon (New Jersey) pour contourner la loi. Plutôt que de coller entre elles les deux parties de l'oeuf en chocolat (comme un Kinder Surprise), la société Candy Treasure les a moulé autour de la capsule en plastique. Ainsi, l'enfant voit clairement la jointure entre les deux moitiés de l'œuf.

Retrouvez les articles interdits les plus insolites aux frontières américaines (et pour la liste complète c'est ici) :

Les produits que vous ne pouvez pas avoir dans vos bagages pour les États-Uni
Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.