NOUVELLES
16/03/2013 07:07 EDT | Actualisé 16/05/2013 05:12 EDT

Aden, ville morte pour protester contre le dialogue national au Yémen

Les habitants d'Aden, dans le sud du Yémen, ont observé samedi une grève générale de plusieurs heures à l'appel de séparatistes sudistes en signe de protestation à la tenue lundi d'un dialogue national destiné à mettre fin à la crise politique dans le pays.

Les commerces, de nombreuses administrations et services publics ont fermé de 06H00 à 12H00 locales (03H00 à 09H00 GMT), suivant un appel de la mouvance indépendantiste du Mouvement sudiste, regroupée autour de l'ancien vice-président Ali Salem al-Baïd, selon un correspondant de l'AFP.

Des forces de sécurité se sont déployées dans la ville mais aucun incident grave n'a opposé les policiers aux activistes sudistes qui ont fermé les principales artères avec des blocs de pierres.

Quelques échanges de feu se sont produits dans la quartier Mansoura, fief des séparatistes, mais sans faire de victime, selon des responsables de la police et du Mouvement sudiste.

Plusieurs villes de la province du Hadramout (sud-est) ont également observé une protestation similaire, selon des activistes sudistes.

Les séparatistes organisent depuis le 21 févier tous les mercredis et samedis des matinées de "désobéissance civile" à Aden, pour protester contre la mort de plusieurs des leurs lors d'affrontements avec les forces de sécurité.

Deux personnes ont été tuées par balles mercredi dans des accrochages entre des séparatistes et la police à Aden, lors de la précédente protestation.

La tendance dure des sudistes réclame la sécession du Sud, un Etat indépendant jusqu'en 1990, et refuse de participer au dialogue national.

Ce dialogue est destiné à élaborer une nouvelle Constitution et préparer les élections prévues en février 2014, au terme d'une période de transition de deux ans, après le départ négocié de l'ancien président Ali Abdallah Saleh poussé à la sortie par une révolte populaire.

faw/mh/tp