NOUVELLES
15/03/2013 11:45 EDT | Actualisé 15/05/2013 05:12 EDT

Syrie: les manifestants défient le régime, au 2e anniversaire de la révolte

Des Syriens ont manifesté par milliers vendredi à travers le pays, lançant des slogans contre le régime du président Bachar al-Assad, à l'occasion du deuxième anniversaire du lancement de la révolte.

Pacifique pendant les premiers mois, le mouvement de contestation s'est militarisé face à la répression sanglante menée par le régime. Plus de 70.000 personnes ont été tuées depuis le 15 mars 2011, selon l'ONU.

Des manifestations ont eu lieu dans plusieurs villes comme Damas, Alep (nord) et Deraa (sud), à l'appel de militants anti-régime avec pour mot d'ordre "Deux ans de sacrifice pour la victoire".

"Malgré toutes les tueries et les destructions, je suis plein d'espoir pour mon pays", affirme Abou Ghazi, militant basé à Hama, dans le centre du pays.

"Il y a beaucoup de violences mais nous réalisons le chemin parcouru en deux ans de révolution. Assad partira, c'est une question de temps. Maintenant nous savons que nous n'accepterons plus jamais un dirigeant qui nous opprime", a-t-il dit à l'AFP via internet.

Malgré la militarisation de la révolte, Abou Ghazi se dit étonné par le nombre de personnes prenant part à des actions pacifiques.

"Il y a des évolutions positives. Dans la Syrie d'aujourd'hui, les gens qui prennent soin des blessés, écrivent, travaillent pour aider les déplacés (...) sont plus nombreux que ceux qui se battent", assure-t-il.

A Damas, les protestataires ont crié des slogans reflétant l'esprit de défi qui les anime. "Notre révolution est victorieuse. Nous affronterons ceux qui veulent la confisquer", peut-on lire sur une pancarte arborée par un manifestant, selon une vidéo distribuée par les militants.

Près de la capitale, à Douma, les gens ont manifesté en petit nombre, malgré des bombardements intermittents sur la ville, affirme Abou Nadim.

"Les violences se poursuivent et les morts aussi. Mais nous sommes persuadés qu'Assad va tomber et que l'oppression va finir en Syrie. Nous sommes patients", affirme ce militant.

De même à Alep, en dépit des vastes destructions, les manifestants sont descendus dans la rue dans plusieurs quartiers de la deuxième ville de Syrie.

A Deraa, berceau de la contestation, l'armée régulière a lancé plusieurs roquettes sur le village de Hara après que des manifestants, nombreux, eurent crié: "Vive la Syrie, à bas Bachar al-Assad", selon un militant.

ser-rm/vl