NOUVELLES
15/03/2013 12:39 EDT | Actualisé 15/05/2013 05:12 EDT

Sahara occidental: l'émissaire de l'ONU se rendra dans la région fin mars

L'envoyé personnel du secrétaire général de l'ONU pour le Sahara occidental Christopher Ross se rendra en tournée dans la région, y compris au Sahara occidental, du 20 mars au 3 avril, a annoncé vendredi l'ONU.

Le but de cette tournée est "de préparer la prochaine étape dans le processus de négociation et une reprise possible des discussions directes afin de trouver une solution politique mutuellement acceptable qui aboutisse à l'autodétermination pour la population du Sahara occidental", a déclaré le porte-parole adjoint de l'ONU, Eduardo del Buey.

M. Ross aura des discussions avec le Maroc et le Front Polisario et "visitera le Sahara occidental". Il aura aussi des "consultations avec les pays voisins", l'Algérie et la Mauritanie, a ajouté le porte-parole.

"Le conflit actuel au Mali et les risques accrus d'instabilité et d'insécurité au Sahel et au-delà rendent une solution au conflit du Sahara occidental plus urgente que jamais", a-t-il encore souligné.

En novembre dernier, Christopher Ross avait annoncé qu'il mettait fin à une série de négociations informelles organisées par l'ONU entre le Maroc et le Front Polisario depuis 2009, après neuf de ces sessions.

Il avait indiqué qu'il allait désormais consulter les pays directement concernés et les pays voisins, et qu'il espérait que ces consultations "permettent à terme d'organiser à nouveau des rencontres en face à face entre les parties concernées".

En mai 2012, le gouvernement marocain avait retiré sa confiance à M. Ross, qui avait été défendu et maintenu à son poste par Ban Ki-moon.

Rabat avait ensuite renoué avec l'émissaire de l'ONU lors de sa dernière visite dans la région début novembre. M. Ross avait alors passé quatre jours à Rabat, avant de se rendre à Laâyoune, la principale ville du Sahara occidental, pour la première fois depuis sa nomination en 2009.

Le Sahara occidental est une ancienne colonie espagnole contrôlée par le Maroc. Le Maroc lui propose une large autonomie. Un plan que rejettent les indépendantistes du Front Polisario, soutenus par l'Algérie, qui militent pour "le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination" via un référendum.

avz/lor