NOUVELLES
15/03/2013 07:47 EDT | Actualisé 15/05/2013 05:12 EDT

Richard Henry Bain aurait de nouveau sollicité les médias

Agence QMI

MONTRÉAL - L'homme faisant face à des accusations en lien avec la fusillade survenue le soir de l'élection provinciale du 4 septembre dernier aurait de nouveau sollicité les médias, de sa cellule en prison.

Richard Henry Bain fait face à de nombreuses accusations, dont une de meurtre prémédité, et demeure détenu en attendant que son dossier chemine dans les méandres du système judiciaire.

Denis Blanchette, un technicien de scène, a été tué à l'arrière du Métropolis, la salle de spectacles de Montréal où la chef du Parti québécois, Pauline Marois, livrait son discours de victoire.

La première ministre a dit croire qu'elle était la cible d'une tentative d'assassinat politique.

Dans un enregistrement audio transmis à différents médias par Dan Sweeney, que Bain a identifié en cour comme étant son porte-parole, on peut entendre un homme, qui pourrait être Bain, dire en anglais qu'il est allé au club «afin que Marois ne prononce pas son discours».

L'homme entendu sur l'enregistrement mentionne aussi qu'il projetait acheter des munitions le jour du référendum sur la souveraineté du Québec, en 1995.

Au cours des derniers mois, Bain a plusieurs fois tenté d'entrer en contact avec des journalistes.

Il a comparu en cour cette semaine et a été avisé par un juge qu'il avait trois semaines pour décider s'il voulait faire appel à un avocat ou se défendre sans l'aide d'un procureur.

Ses comparutions précédentes en cour ont fréquemment été le théâtre de diatribes politiques — contre l'indépendance du Québec et en faveur de la séparation de Montréal.

Il s'est également plaint du fait que les documents liés à son dossier n'aient pas été traduits en anglais, ce qui a causé plusieurs délais.

Bain a été déclaré apte à subir son procès.

INOLTRE SU HUFFPOST

Attentat contre Pauline Marois