NOUVELLES
15/03/2013 03:09 EDT | Actualisé 15/05/2013 05:12 EDT

L'opposition veut combattre jusqu'à l'établissement d'une nouvelle Syrie

Les principaux opposants et rebelles hostiles au régime du président Bachar al-Assad se sont engagés vendredi à poursuivre le combat jusqu'à l'instauration de la liberté et de la démocratie en Syrie.

Dans un communiqué publié à l'occasion du second anniversaire de la révolte contre le régime, la Coalition nationale de l'opposition souligne que "notre seul choix est de poursuivre sur le chemin de la vérité, de s'armer de patience et de poursuivre la lutte entamée par ceux qui ont sacrifié leur vie pour faire aboutir notre vision".

Reconnue par des dizaines de pays et organisations comme le représentant légitime du peuple syrien, la Coalition ajoute: "les importants défis qui sont encore devant nous augmentent notre détermination à renverser le régime d'Assad et à mettre sur pied une nouvelle Syrie".

Pour sa part, le chef militaire de la rébellion a assuré que les insurgés combattront le régime jusqu'à sa chute. "Nous ne cesserons pas le combat avant que ne se réalise notre rêve d'un pays démocratique et cela passe par la chute du régime criminel", a assuré le général Selim Idriss, chef de l'Armée syrienne libre (ASL), dans un message vidéo posté sur internet.

"Nous sommes sûrs que le régime tombera. Nous allons tout faire pour que la bataille soit la plus courte possible et pour limiter les destructions et le nombre des victimes", a-t-il ajouté.

Alors que la France et la Grande Bretagne se sont délarées prêtes à armer les rebelles même sans le consentement de l'Union européenne, le général Idriss a lancé un nouvel appel à la communauté internationale à soutenir l'insurrection.

"Nous appelons le monde libre à nous soutenir avec des armes, des munitions, et des aides humanitaires et médicales afin de mettre un terme aux tueries et construire un pays libre et démocratique pour tous les Syriens" a-t-il dit.

L'un des principaux opposants Georges Sabra a également rendu hommage à la rébellion. "Les révolutionnaire et notre ASL avancent vers la victoire, qui n'est plus très loin", a déclaré le chef du Conseil national syrien (CNS) principale composante de la Coalition.

Dans une vidéo dont l'AFP a obtenu une copie, il a assuré qu'il "n'y avait plus de place pour l'oppression en Syrie".

Ces déclarations interviennent alors que la Coalition de l'opposition doit se réunir lundi et mardi à Istanbul pour choisir un Premier ministre.

ser/sk/hj