NOUVELLES
15/03/2013 10:30 EDT | Actualisé 15/05/2013 05:12 EDT

Le marché résidentiel canadien a enregistré un recul au mois de février

OTTAWA - Le marché résidentiel canadien a continué de ralentir en février, tendance que l'Association canadienne de l'immeuble (ACI) a attribué vendredi au resserrement des règles sur les emprunts et les prêts survenu l'été dernier.

L'ACI a revu à la baisse ses prévisions de ventes pour cette année, les ventes enregistrées au deuxième semestre de 2012 ayant chuté plus que prévu dans certains marchés.

L'association prévoit maintenant que les ventes résidentielles atteindront 441 500 logements en 2013, en baisse de 2,9 pour cent par rapport aux 454 573 ventes enregistrées en 2012. Il s'agit d'une révision à la baisse par rapport aux prévisions précédentes, qui voyaient un recul de deux pour cent.

L'ACI s'attend aussi à ce que le prix résidentiel moyen à l'échelle nationale baisse de 0,2 pour cent pour atteindre 362 600 $ cette année.

«On s'attend à ce que les règlements hypothécaires demeurent les mêmes. Les ventes devraient donc être moins instables que ce à quoi nous avons assisté au cours des dernières années», a affirmé l'économiste en chef de l'ACI, Gregory Klump, par voie de communiqué.

«Les taux d'intérêt devraient également demeurer bas à mesure que l'économie prendra de l'expansion et créera des emplois qui viendront appuyer le marché résidentiel de la revente», a-t-il ajouté.

Le mois dernier, les ventes réelles — non corrigées des variations saisonnières — ont été de 15,8 pour inférieures aux ventes recensées en février 2012, a indiqué l'ACI. Ce recul a été légèrement accentué par la journée supplémentaire que comptait le mois de février de l'an dernier.

Les ventes de maisons conclues par le biais des systèmes MLS des chambres et associations immobilières et d'autres systèmes d'inscription coopératifs au pays ont été en baisse de 2,1 pour cent d'un mois à l'autre, en février.

M. Klump a fait remarquer que le recul constaté par rapport au début de 2012 reflétait la baisse de la demande subséquente au resserrement des règles et lignes directrices hypothécaires opéré par le gouvernement fédéral en juillet dernier.

«Jusqu'à tard cet été, les comparaisons d'une année à l'autre aux six premiers mois de 2012 afficheront de toute évidence une baisse importante, mais sans nécessairement qu'il y ait davantage de dégradation», a-t-il indiqué.

«Les comparaisons sur 12 mois continueront plutôt à refléter l'ombre projetée par les hausses des ventes recensées avant le resserrement des prêts hypothécaires l'été dernier. La tendance mensuelle depuis cette date montre des tendances plutôt stables au niveau de la demande et des prix», a aussi affirmé M. Klump.