NOUVELLES
15/03/2013 05:45 EDT | Actualisé 15/05/2013 05:12 EDT

Délit d'initié: le fonds SAC dans le viseur du gouvernement américain

Le milliardaire Steve Cohen et son fonds spéculatif SAC Capital sont dans la ligne de mire des autorités américaines: une de ses entités a payé une amende record pour délits d'initié et d'autres fonds affiliés, voire M. Cohen lui-même, restent dans le collimateur.

CR Intrinsic, filiale de SAC Capital, a accepté de verser plus de 600 millions de dollars pour solder des poursuites pour délits d'initié sur un médicament contre la maladie d'Alzheimer développé par les laboratoires Elan et Wyeth, une filiale du géant Pfizer.

La maladie d'Alzheimer étant très répandue, le médicament représentait un potentiel financier énorme.

Le gouvernement américain s'est lancé depuis cinq ans dans une vaste offensive contre les délits d'initié, une fraude qu'il considère comme un fléau rampant à Wall Street et qui consiste à faire des transactions boursières grâce à des informations importantes avant que celles-ci ne soient connues du public.

La somme annoncée vendredi est toutefois la plus grosse jamais versée dans une telle affaire aux Etats-Unis, a précisé vendredi le gendarme boursier américain, la SEC.

L'amende dépasse les 550 millions de dollars versés en 2010 par Goldman Sachs pour mettre fin à des poursuites de la SEC qui l'accusait d'avoir trompé des investisseurs lors de la vente de produits financiers complexes.

La SEC avait porté plainte en novembre contre CR Intrinsic, qu'elle accusait d'avoir réalisé 276 millions de dollars de bénéfices illicites. CR Intrinsic, ainsi qu'un conseiller financier de ce fonds, Mathew Martoma, et un médecin qui avaient communiqué des informations confidentielles étaient tous les trois poursuivis. M. Martoma l'est encore et devrait faire l'objet d'un procès.

Les autorités boursières ont annoncé un autre accord amiable plus modeste de 14 millions de dollars avec une autre division de SAC, Sigma Capital, également accusée de délits d'initié, cette fois dans des transactions liées aux résultats des groupes informatiques Dell et Nvidia.

La SEC a aussi lancé des poursuites contre cinq autres entités de la constellation SAC pour avoir bénéficié de gains illicites provenant de délits d'initié. Un ancien analyste de Sigma, Jon Horvath, a plaidé coupable et collabore à l'enquête des autorités.

Steve Cohen, star de Wall Street, a vu sa réputation ternie depuis plusieurs années par des rumeurs répétées de délits d'initié.

Il n'est pour l'instant pas poursuivi mais lors d'une conférence de presse, le directeur des poursuites de la SEC, George Canellos, a affirmé que d'autres personnes pourraient à l'avenir "être l'objet d'autres plaintes" dans les affaires de délits d'initié en cours liées à SAC Capital, "y compris Steve Cohen".

SAC se retrouve au coeur de la plus grosse affaire de délits d'inité aux Etats-Unis depuis celle du fonds Galleon en 2009, dont le patron Raj Rajaratnam purge une peine de 11 ans de prison pour avoir généré plus de 45 millions de dollars de profits illicites et échappé à des dizaines de millions de dollars de pertes.

M. Canellos a souligné que depuis l'affaire Galleon, 180 procédures pour le même délit ont été lancées et 425 entités ou personnes ont été poursuivies par la SEC.

Les efforts des autorités visent particulièrement les cabinets d'experts technologiques, pharmaceutiques ou autres, qui travaillent à la fois pour des entreprises et comme consultants pour des cabinets de conseils aux investisseurs.

Ces agents qui naviguent entre deux mondes et disposent souvent d'informations confidentielles présentent selon M. Canellos "un risque élevé de délits d'initié", et "il devrait y avoir beaucoup plus d'affaires" à l'avenir, a-t-il conclu.

ved/soe/lor