NOUVELLES
15/03/2013 02:41 EDT | Actualisé 15/05/2013 05:12 EDT

Chez lui, l'Impact cherchera à mettre la pression et imposer son jeu face au TFC

MONTRÉAL - Après avoir été patient à Seattle et à Portland, l'Impact de Montréal voudra s'imposer à son premier match à domicile, samedi, face au Toronto FC.

Le onze montréalais compte mettre la pression et dicter le jeu sur sa pelouse, a expliqué le milieu de terrain Patrice Bernier.

«Il s'agit de contrôler le ballon et d'essayer de mettre de la pression plus haut sur le terrain. Si on doit leur enlever le ballon, autant que ce soit le plus près possible de leur but, qu'on puisse s'y rendre directement. Il faut avoir le contrôle du match cette fois-ci.

«(Au cours des deux premiers matchs), on était à l'extérieur, alors on pouvait se permettre (de demeurer en arrière) si on peut dire. Mais là, on est à domicile. On doit être les premiers, ceux qui vont vers l'avant, qui attaquent.»

«Quand nous étions à l'extérieur, il y avait toujours l'avantage de jouer à la maison pour l'autre équipe, d'avoir les spectateurs derrière eux, a renchéri l'entraîneur-chef, Marco Schällibaum. Maintenant c'est à notre tour. Ça veut dire que nous allons tenter de provoquer les fautes de l'adversaire et on voudra jouer plus haut, si Toronto nous laisse l'occasion.»

L'Impact est aussi conscient que l'organisation torontoise, grandement revampée après une saison désastreuse en 2012, cherchera à lui tendre des pièges.

«Si on joue vers l'avant, on risque de donner plus d'espace pour la contre-attaque et Toronto, c'est une équipe qui essaie de demeurer plus reculée et de profiter de leurs éléments offensifs, a expliqué Bernier. Il ne faut pas être piégés avec tout le monde en avant et penser que nous n'avons plus besoin de défendre.

«Il faut être patients. Être mobiles, se créer des opportunités et ne pas paniquer pour n'aller que vers l'avant parce que nous en avons la possibilité. Il faut profiter des bonnes occasions, parce qu'ils ont des éléments qui peuvent quand même faire la différence.»

Au cours des dernières années, le club torontois a souvent causé des ennuis à l'Impact, que ce soit en ligue ou dans le cadre du Championnat canadien. D'ailleurs, l'Impact n'a pas marqué un seul but contre le TFC depuis sa victoire de 2-1 du 7 avril dernier, étant blanchi à ses quatre affrontements suivants.

«C'est sûr qu'on va tenter de mieux jouer que l'année passée, a indiqué Bernier. Ils avaient notre numéro. C'est notre premier match à domicile. Donc, on va essayer de dicter le tempo pour que la balance penche de notre côté.»

Nombreux changements

Si l'Impact souhaite évidemment renverser la vapeur, il ne se soucie guère de ces résultats, qui ne peuvent servir à établir une tendance en raison des nombreux changements apportés à la formation — même à la direction — des deux équipes.

Les deux clubs récoltent déjà les fruits de ces changements. L'Impact a déjà égalé son total de victoires à l'étranger avec ses deux gains pour lancer sa saison, qui lui permettent de trôner au sommet de l'Association Est avec six points. Du côté du TFC, sa victoire de 2-1 face au Sporting Kansas City, samedi dernier, lui permet d'afficher des points au classement avec plus de deux mois d'avance sur l'an dernier, alors qu'il n'avait obtenu son premier résultat — une victoire de 1-0 contre l'Union de Philadelphie — que le 26 mai.

L'un des nouveaux visages de l'Impact, le milieu offensif Andrea Pisanu, pourrait être disponible pour ce premier duel contre Toronto cette saison. Ennuyé par une légère blessure à la cuisse droite toute la semaine, l'Italien de 31 ans a pris part à l'entraînement de vendredi.

«Comme on a vu (vendredi), ç'a bien été, a noté Schällibaum. Je pense que je pourrai compter sur lui. Mais je vais encore discuter avec lui: sans être à 100 pour cent, il faut au moins qu'il soit à 90 pour cent.»

Contrairement à sa première campagne en MLS, l'Impact ne disputera que deux rencontres au Stade olympique cette saison. Outre le match de samedi, à 16h, il accueillera les Red Bulls de New York et Thierry Henry le 23 mars prochain, avant de retrouver le stade Saputo pour accueillir le Crew de Columbus le 13 avril.