NOUVELLES
15/03/2013 12:36 EDT | Actualisé 15/05/2013 05:12 EDT

Baleine de Londres: des dirigeants de JPMorgan sur le grill au Congrès

D'anciens et actuels dirigeants de JPMorgan Chase ont répondu aux questions d'un panel de sénateurs américains vendredi, admettant une chaîne d'erreurs ayant mené aux pertes gigantesques de la banque dans l'affaire de la "baleine de Londres", mais défendant leur bonne foi.

Jeudi, un rapport de la sous-commission permanente d'enquêtes du Sénat accusait la banque et ses dirigeants d'avoir sciemment trompé les investisseurs et les régulateurs sur l'ampleur et les risques de paris osés qui ont entraîné six milliards de dollars de pertes pour JPMorgan l'an dernier.

Vendredi, plusieurs anciens dirigeants, dont Ina Drew, ex-patronne du CIO, l'unité d'investissements en propre de la banque où ont eu lieu les paris risqués, ont témoigné devant cette sous-commission.

"Clairement, des erreurs ont été faites", "je n'ai toujours pas toutes les réponses" pour les expliquer, "le fait que ces erreurs aient eu lieu sous ma responsabilité est l'une des parties les plus décevantes et difficiles de ma carrière", a déclaré Mme Drew, licenciée de la banque depuis les faits, dans ses remarques inaugurales.

Le jeu des questions et réponses a dessiné une chaîne d'erreurs.

"Premièrement, la supervision de l'équipe de courtage a échoué, puis la deuxième ligne de défense, la gestion du risque, n'a également pas fonctionné", a déploré l'actuel directeur du risque, Ashley Bacon.

L'ex-directeur financier Doug Braunstein, toujours membre du Conseil d'administration, a déploré des erreurs commises par "le CIO, la gestion du risque, les hauts dirigeants de la banque", affirmant que des mesures avaient été prises pour les corriger, dont des licenciements et des réductions de rémunération.

Mme Drew a jugé "décevant" le fait que l'équipe de gestion du risque "indépendante" de la banque, qui comportait "des membres avec de très hautes formations, des doctorats", n'a pas été en mesure d'enrayer les pertes de la banque sur les paris du CIO dans des produits risqués, des dérivés de crédit, présentés comme des investissements pour couvrir d'autres risques.

ved/soe/bdx