NOUVELLES
14/03/2013 03:40 EDT | Actualisé 14/05/2013 05:12 EDT

Vettel et Alonso prennent une approche différente à l'aube de la novuelle saison

MELBOURNE, Australie - Le champion du monde de Formule Un Sebastian Vettel et son principal rival, Fernando Alonso, abordent la première course du calendrier 2013 de ce week-end avec une vision bien différente de l'histoire récente.

L'un tente très fort de l'oublier, tandis que l'autre veut s'en servir comme source de motivation.

Le pilote Red Bull Vettel vient de remporter trois championnats des pilotes d'affilée et vise un quatrième sacre. Alonso, de l'écurie Ferrari, a quant à lui pris le départ de la dernière course de la saison avec une chance de ravir le championnat à Vettel dans deux de ces trois saisons, mais il est à chaque fois reparti les mains vides.

Dans ces circonstances, on pourrait penser que c'est l'Allemand Vettel qui se sert de cette histoire récente comme d'une motivation et l'Espagnol Alonso qui veut l'oublier. C'est plutôt le contraire.

Quand on lui a demandé jeudi de quelle façon il abordait cette quête d'un quatrième titre consécutif — un exploit réussi seulement par les légendes Juan Manuel Fangio et Michael Schumacher — Vettel avait une réponse toute simple.

«Le secret est de ne pas penser à ce qui s'est passé au cours des trois dernières années.»

Pour Vettel, ses deuxième et troisième sacres, comme un éventuel quatrième, représentent un boni comparativement à la conquête du premier.

«Après le premier, vous n'avez plus cette pression, a-t-il précisé. Vous vous êtes prouvé à vous-même, bien plus qu'à quiconque, que vous pouviez le faire.»

Alonso, qui a remporté deux fois le titre avec Renault, a été incapable d'ajouter à ce total à ses trois saisons avec Ferrari, bien qu'il soit passé bien près en 2010 et l'an dernier. Loin de vouloir oublier ces déceptions, il s'en sert à l'aube de la nouvelle campagne.

«Je suis privilégié d'avoir pu me battre pour le titre deux fois au cours des trois dernières saisons. Bien peu de pilotes ont l'opportunité d'être dans la course au championnat, a-t-il rappelé. Nous avons perdu deux fois lors de la dernière course et nous voulons de nouveau livrer bataille cette saison. Souhaitons que nous pourrons obtenir un résultat différent. C'est une motivation supplémentaire pour l'équipe et moi.»

Les chances d'Alonso semblent bien meilleures avant la première course qu'elles ne l'étaient à pareille date l'an dernier. Ferrari a été très compétitive dans les essais préparatoires, comparativement à un difficile hiver 2012.

«Ce sera difficile de connaître un moins bon départ. L'hiver a été bien meilleur que l'an dernier. Nous devons partir du bon pied et obtenir rapidement de bons résultats. Personne ne peut prédire qui pourra remporter cette course à ce moment-ci.

«Je m'attends à ce que les cinq écuries de pointe aient un petit avantage et qu'il n'y aura pas beaucoup de surprises au cours des premières courses. C'est très serré et très difficile d'établir un favori. Il serait périlleux de prédire quoi que ce soit présentement.»

Selon Vettel, les derniers essais hivernaux sont les moins concluants qu'il puisse se rappeler, surtout en raison des nouvelles gommes qui se dégradent plus rapidement. D'ailleurs, les pneus pourraient jouer un rôle crucial dans la course de dimanche.

«Au cours des essais hivernaux, nous avons tous souffert du même problème: les pneus n'avaient pas d'endurance, a expliqué Vettel. Nous espérons qu'ils le seront davantage ici, sinon, ça pourrait être amusant.

«Nous arrivons en Australie sans savoir ce qui va se passer, mais ça rend les choses bien excitantes.»