NOUVELLES
14/03/2013 04:36 EDT | Actualisé 14/05/2013 05:12 EDT

Une église fréquentée par des chrétiens égyptiens a été brûlée à Benghazi

TRIPOLI, Libye - Des assaillants ont incendié jeudi une église fréquentée par des chrétiens égyptiens dans la ville de Benghazi, en Libye, selon certains témoins. Cette attaque survient une semaine après que des dizaines de chrétiens soupçonnés de s'être adonnés à du prosélytisme eurent été détenus et agressés par des milices.

Le ministère égyptien des Affaires étrangères a publié une déclaration dans laquelle il décrit l'événement comme une «agression» en confirmant que le prêtre ne se trouvait pas dans le lieu de culte au moment où l'incendie s'est déclaré.

Abdel-Salam al-Barghathi, un responsable de la sécurité à Benghazi, a affirmé que ses employés avaient empêché des hommes en colère d'endommager davantage l'église. Selon lui, les individus étaient furieux d'avoir vu des manifestants chrétiens brûler un drapeau de la Libye lors d'une manifestation devant l'ambassade libyenne au Caire.

Des manifestations ont éclaté à la suite de la mort d'Ezzat Atallah, un chétien égyptien détenu en Libye.

D'après sa famille, il aurait été torturé à mort dans une prison de Tripoli après son transfert du pénitencier de Benghazi, où il avait été emprisonné en compagnie d'environ 100 chrétiens, la plupart d'origine égyptienne, qui ont été jetés derrière les barreaux par des milices les soupçonnant d'avoir tenté de convertir des musulmans à la religion catholique.

Abdel-Salam al-Barghathi a semblé jeter le blâme sur les manifestants chrétiens pour ces violences, soutenant que le détenu était mort de causes naturelles et qu'il s'était confessé avant de rendre l'âme.

«Tout est enregistré sur vidéo. Il s'est confessé et nous avons enregistré sa confession. Pourquoi les chrétiens brûlent-ils le drapeau pour le remplacer par une croix», s'est-il interrogé à voix haute.