NOUVELLES
14/03/2013 07:11 EDT | Actualisé 14/05/2013 05:12 EDT

Syrie: armer les rebelles serait un "pas dans la bonne direction" (opposition)

La volonté affichée par Paris et Londres d'armer les rebelles en Syrie est "un pas dans la bonne direction" en vue de renverser le régime de Bachar al-Assad, a affirmé à l'AFP jeudi le porte-parole de l'opposition syrienne.

"Nous considérons que c'est un pas dans la bonne direction", a estimé Walid Bounni.

"Tant que les Européens et les Américains n'arment pas la rébellion, ils sont en train de dire à Bachar al-Assad +continue de te battre+", a-t-il estimé.

"Bachar al-Assad n'acceptera de solution politique (au conflit) que lorsqu'il saura qu'il a face à lui une force (armée) qui va le renverser", a ajouté le porte-parole.

Et "tant que les Iraniens et les Russes continuent de lui offrir leur soutien, il (Bachar al-Assad) restera convaincu qu'il va gagner" la guerre qui ravage le pays depuis deux ans, a souligné M. Bounni, en référence aux deux principaux alliés du régime.

A la veille du deuxième anniversaire du début du conflit en Syrie, Paris, rejoignant Londres, a exprimé jeudi sa volonté de livrer des armes aux rebelles, en s'affranchissant éventuellement de l'embargo imposé par l'Union européenne dans ce domaine.

La France et la Grande-Bretagne demandent "aux Européens, maintenant, de lever l'embargo pour que les résistants aient la possibilité de se défendre", a déclaré le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, à la radio France Info.

L'objectif, selon des responsables français s'exprimant sous anonymat, est de fournir notamment à l'opposition syrienne des missiles sol-air pour contrer les attaques des avions et hélicoptères de l'armée syrienne, principal atout du régime.

Le conflit en Syrie a fait, selon l'ONU, plus de 70.000 morts depuis son déclenchement le 15 mars 2011. Selon un haut responsable français s'exprimant sous anonymat, "on est plus près de 100.000 morts que de 70.000".

ram/feb