NOUVELLES
14/03/2013 04:55 EDT | Actualisé 13/05/2013 05:12 EDT

Prostitution à Québec : la situation se détériore

Le visage de la prostitution a changé au fil des ans à Québec. Cependant, ce problème est loin de se résorber. Les intervenants qui travaillent auprès des travailleuses de rue souhaitent que les lois soient mieux appliquées et plus sévères.

Dix ans après l'affaire Scorpion qui a mis au jour un réseau de prostitution juvénile à Québec, la situation demeure inquiétante pour les prostituées de tous âges, selon Rose Dufour, directrice générale de la Maison de Marthe, qui vient en aide aux travailleuses de la rue. Mme Dufour affirme que les agences d'escortes et les salons de massages érotiques se multiplient à Québec.

Elle constate de plus en plus une banalisation du phénomène et une escalade de la violence face aux femmes qui pratiquent le plus vieux métier du monde. « Il y a une montée des exigences, il y a une dégradation des filles. Je crois que la situation va être de plus en plus difficile », affirme-t-elle.

En toile de fond de cette violence accrue se retrouve l'accroissement de la pornographie sur Internet. La facilité avec laquelle les gens peuvent consulter différents sites expliquerait en partie la situation. Cette banalisation commence de plus en plus tôt, même à l'école. « Si vous saviez tout ce qu'on entend. Dans tel jeu vidéo, je suis un Mac. J'achète des filles et je les revends », raconte la directrice du Projet intervention prostitution Québec, Geneviève Quinty.

Ces raisons poussent les intervenants sur le terrain à demander à la police de Québec et au gouvernement fédéral d'en faire plus pour lutter contre la prostitution. Rose Dufour demande que la réglementation municipale soit mieux appliquée. Elle voudrait aussi qu'on criminalise les clients plutôt que les femmes.