NOUVELLES
14/03/2013 02:24 EDT | Actualisé 14/05/2013 05:12 EDT

Procès Duvalier: les victimes alléguées ont terminé leurs témoignages

Former dictator Jean-Claude "Baby Doc" Duvalier leaves the courthouse with his longtime companion Veronique Roy, right, after attending a closed hearing in Port-au-Prince, Haiti, Friday Jan. 20, 2012. A judge in Haiti has admonished Duvalier for violating the terms of his conditional release by leaving the capital at least twice in recent weeks. Duvalier is under a judicial investigation for crimes including corruption and human rights violation during his brutal, 15-year rule.(AP Photo/Ramon Espinosa)
AP
Former dictator Jean-Claude "Baby Doc" Duvalier leaves the courthouse with his longtime companion Veronique Roy, right, after attending a closed hearing in Port-au-Prince, Haiti, Friday Jan. 20, 2012. A judge in Haiti has admonished Duvalier for violating the terms of his conditional release by leaving the capital at least twice in recent weeks. Duvalier is under a judicial investigation for crimes including corruption and human rights violation during his brutal, 15-year rule.(AP Photo/Ramon Espinosa)

PORT-AU-PRINCE, Haïti - Les témoignages des victimes alléguées du gouvernement de l'ancien dictateur haïtien Jean-Claude Duvalier ont pris fin jeudi.

La docteure Nicole Magloire a dit, devant la cour d'appel haïtienne, que les responsables du régime de celui que l'on surnomme «Baby Doc» l'avaient emprisonnée et forcée à l'exil.

Un groupe de trois juges recueille depuis plusieurs jours les témoignages de gens affirmant avoir souffert pendant le règne de 15 ans de Jean-Claude Duvalier.

L'ancien président à vie est rentré à Haïti en 2011 après 25 années d'exil. Les autorités haïtiennes l'ont accusé d'avoir violé des droits humains et détourné des fonds, mais un juge a déterminé qu'il devrait seulement faire face à des accusations de crimes économiques.

Un tribunal d'appel tente de voir s'il devrait rétablir les accusations de violation des droits humains contre l'ancien président ou laisser tomber les crimes économiques allégués. Le dossier pourrait également mener à un procès.

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo
Balade à Port-au-Prince
Voyez les images