NOUVELLES
14/03/2013 11:45 EDT | Actualisé 14/05/2013 05:12 EDT

Le parti de l'ex-maire Vaillancourt de nouveau sous la loupe du DGE

Le Directeur général des élections s'intéresse une fois de plus au financement du PRO des Lavallois, le parti de l'ex-maire Gilles Vaillancourt. Radio-Canada a appris que trois dossiers font présentement l'objet d'enquêtes par Québec, et ce, même si le parti a été dissous il y a quatre mois, en novembre 2012.

Les documents obtenus grâce à la Loi sur l'accès aux documents des organismes publics ne nous dévoilent cependant pas la teneur de ces nouvelles enquêtes.

Rappelons qu'au cours des trois dernières années, le DGE a procédé à cinq autres vérifications sur les méthodes de financement chez le PRO des Lavallois. Ces enquêtes s'attardaient entre autres à des dons effectués par des particuliers qui utilisaient des prête-noms pour contribuer au parti de l'ex-maire Vaillancourt. Au moins trois constats d'infraction ont été donnés en lien avec ces dossiers.

904 006 $ retournés à la Ville de Laval

Ces enquêtes surviennent alors que le DGE s'apprête à redonner à la Ville de Laval 904 006 $. Cette importante somme d'argent représente le montant qui reposait dans les coffres du PRO des Lavallois à sa dissolution, duquel le Directeur général des élections a soustrait les dettes du parti.

Selon la relationniste de la Ville de Laval, Nadine Lussier, « ce n'est pas une surprise, puisque l'on s'attendait à recevoir cet argent depuis la disparition du PRO des Lavallois. Les 900 000 $, a-t-elle ajouté, devraient être déposés dans les fonds consolidés de la Ville ».

La troisième municipalité en importance dans la province devrait aussi recevoir 35 000 $ de l'Agence du revenu du Québec. Cette somme représente des crédits de taxes aux organismes sans but lucratif perçus en trop par Québec.

Une autre dynastie pourrait disparaître à Montréal

Alors que le sort du PRO des Lavallois est maintenant clos, celui d'Union Montréal, le parti de l'ex-maire Gérald Tremblay, sera discuté samedi à Montréal.

Les 39 élus qui ont préféré rester dans la formation doivent faire un choix : imiter le PRO des Lavallois en votant en faveur d'une dissolution de leur parti, fusionner avec un autre parti (ce qui leur permettrait de garder l'argent qui se trouve dans leur coffre) ou demeurer avec le parti au lourd passé à huit mois des élections municipales.

Selon nos informations, Union Montréal disposerait en ce moment d'environ 300 000 $ dans ses comptes.

Un reportage d'Yvan Côté