NOUVELLES
14/03/2013 08:47 EDT | Actualisé 14/05/2013 05:12 EDT

Le monde continue de saluer l'élection du "premier pape des Amériques"

Le monde entier, et notamment les pays en développement, a continué de saluer jeudi le "premier pape des Amériques", l'Argentin Jorge Bergoglio, élu mercredi au trône de Saint-Pierre sous le nom de François.

"Son élection témoigne (...) de la force et de la vitalité d'une région qui influence de plus en plus notre monde", a déclaré le président des Etats-Unis Barack Obama, qui a adressé ses "voeux chaleureux" au "premier pape des Amériques".

L'Union européenne lui a souhaité un long pontificat afin qu'il puisse "promouvoir la paix, la solidarité et la dignité humaine".

Le président russe Vladimir Poutine a félicité jeudi le nouveau pape et s'est dit "perduadé que la coopération constructive entre la Russie et le Vatican" allait continuer.

La Chine, qui n'a pas de relations diplomatiques avec le Vatican et refuse de le laisser ordonner des évêques, a félicité le pape François et dit espérer que le Saint-Siège allait adopter "une attitude souple et pragmatique" pour améliorer leurs relations.

Le président israélien Shimon Peres l'a invité à venir en Israël dès que possible pour promouvoir la paix dans une "région orageuse".

Le président palestinien Mahmoud Abbas a convié le chef de l'Eglise catholique à visiter Bethléem, en Cisjordanie, le lieu de naissance de Jésus selon la tradition.

Le Patriarche latin de Jérusalem, Mgr Fouad Twal, a espéré qu'il "continue à oeuvrer en faveur de la paix et de la justice au Proche-Orient", berceau du christianisme.

La principale composante de l'opposition syrienne a appelé le nouveau pape à "faire un geste particulier" envers la Syrie, dévastée par un conflit meurtrier depuis deux ans.

Pour le théologien contestataire suisse Hans Küng "c'est un latino-américain ayant une ouverture d'esprit".

Le frère Aloïs, prieur de la communauté oecuménique de Taizé, s'est réjoui d'un pape qui "exprime la dimension universelle de l'Eglise".

La présidente argentine Cristina Kirchner, à laquelle s'est opposé le nouveau pape sur des questions de société, lui a souhaité une "tâche pastorale fructueuse (...) à la recherche de la justice, de l'égalité, de la fraternité et de la paix de l'humanité".

La présidente du Brésil Dilma Rousseff a souligné que "les fidèles" l'attendaient "avec impatience" à Rio de Janeiro pour les Journées mondiales de la jeunesse (JMJ) en juillet.

Le président français François Hollande a assuré que "la France, fidèle à son histoire et aux principes universels de liberté, d'égalité et de fraternité" poursuivrait "le dialogue confiant qu'elle a toujours entretenu avec le Saint-Siège".

Son Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, en voyage au Canada, a salué l'élection "audacieuse" d'un pape argentin.

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a souhaité que le nouveau pape continue à promouvoir le dialogue entre les religions comme son prédécesseur.

L'institution d'Al-Azhar, la plus haute autorité de l'islam sunnite, a espéré jeudi entretenir de meilleures relations avec le Vatican sous le nouveau pape, François, que sous Benoît XVI qui avait, en 2006, provoqué une brouille en citant un empereur byzantin décrivant le prophète Mahomet comme propageant des idées "mauvaises et inhumaines" par la violence.

Pour les évêques d'Afrique du Sud, le nouveau pape, fils d'un "humble cheminot, connaît bien les problèmes et les défis que le monde en développement doit affronter".

Le pape François est né sur le "continent de l'espérance", ont estimé les évêques brésiliens, pour qui cette élection "revitalise" l'Église catholique.

Les évêques espagnols ont estimé de leur côté que le nouveau pape avait "le profil d'un saint".

La Première ministre australienne Julia Gillard, ouvertement athée, a salué l'élection "historique" d'un pape du "Nouveau Monde".

La chancelière allemande Angela Merkel, fille d'un pasteur protestant, a déclaré que "bien au-delà de la chrétienté catholique, beaucoup attendent une orientation, non seulement dans les questions liées à la foi, mais aussi en ce qui concerne la paix, la justice et la sauvegarde de la création".

Le club de football argentin de San Lorenzo, dont le nouveau pape suit avec ferveur les résultats, a fait part de son "grand sentiment de fierté".

Des associations progressistes comme l'américaine Catholics United ont espéré que le souverain pontife offre "une voix prophétique pour l'espoir contre l'oppression et dirige un renouveau de la justice sociale".

"Saint François a été le plus grand réformateur de l'Eglise, le pape François doit faire pareil", a pour sa part estimé l'association américaine des victimes de prêtres pédophiles, le Snap, qui demande "une tolérance zéro pour les abus sexuels" commis par des prêtres.

En prenant le nom de Saint François d'Assise, le nouveau pape "met en avant la simplicité, la pauvreté et le contact avec les gens", ont fait valoir les évêques de Pologne.

bur-are/jca