NOUVELLES
14/03/2013 06:29 EDT | Actualisé 14/05/2013 05:12 EDT

Israël: Benyamin Netanyahou forme finalement un gouvernement de coalition

JERUSALEM, ISRAEL - NOVEMBER 04:  Israel's Prime Minister Benjamin Netanyahu listens during a weekly cabinet meeting on November 4, 2012 in Jerusalem, Israel. Netanyahu's government received criticism this weekend from Defense Minister Ehud Barak, who believes that the government should have done more to advance the middle east peace process.  (Photo by Gali Tibbon - Pool/Getty Images)
Getty Images
JERUSALEM, ISRAEL - NOVEMBER 04: Israel's Prime Minister Benjamin Netanyahu listens during a weekly cabinet meeting on November 4, 2012 in Jerusalem, Israel. Netanyahu's government received criticism this weekend from Defense Minister Ehud Barak, who believes that the government should have done more to advance the middle east peace process. (Photo by Gali Tibbon - Pool/Getty Images)

JÉRUSALEM - Après des semaines d'impasse, le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou s'est finalement entendu jeudi avec certains partis d'opposition pour former un gouvernement qui devra s'attaquer aux problèmes nationaux tout en relançant le processus de paix avec les Palestiniens.

Il s'agira du premier gouvernement de coalition à ne pas inclure les partis juifs ultra-orthodoxes depuis plusieurs années.

«Le prochain mandat sera l'un des plus exigeants de l'histoire de l'État», a lancé jeudi Benyamin Nétanyahou aux parlementaires de sa formation politique, Likoud-Israël Beiteinou, peu avant la signature prévue de l'accord.

«Nous sommes confrontés à d'importants défis sécuritaires et diplomatiques.»

Les progrès en ce qui a trait au plan de paix pourraient être plus difficiles à réaliser que dans les autres dossiers nationaux étant donné les vifs désaccords qui existent entre les membres de la coalition.

Malgré cela, le principal partenaire du premier ministre, le parti centriste Yesh Atid, s'est engagé à faire un effort afin de relancer les négociations. Le processus de paix est demeuré sur la glace tout au long du précédent mandat de quatre ans de Benyamin Nétanyahou, alors que la faction de droite s'est alliée avec les tenants de la ligne dure ultra-orthodoxes.

«Nous devons entamer les pourparlers avec les Palestiniens immédiatement. Nous devons nous asseoir à une table de négociations. Nous de l'avons pas fait depuis quatre ans», a fait valoir Yaël German, de la formation Yesh Atid, qui devrait occuper le poste de ministre de la Santé.

Les trois principaux membres de la coalition ont conclu les pourparlers dans la nuit de jeudi à vendredi, au terme de plusieurs semaines de négociations serrées, a indiqué un porte-parole du parti Yesh Atid.

L'entente devrait être signée vendredi, et les membres du nouveau gouvernement devraient être assermentés lundi, deux jours avant l'arrivée de Barack Obama. Il s'agira, pour M. Obama, d'une première visite officielle en Israël à titre président américain.

Les négociations achoppaient notamment sur le partage des postes au sein du gouvernement et sur des questions épineuses comme la réforme de la conscription militaire. Le nouveau gouvernement devrait abolir un système controversé qui exemptait automatiquement du service militaire les séminaristes juifs ultra-orthodoxes.

Le parti Yesh Atid, fondé par l'ancienne vedette de la télévision Yair Lapid, était arrivé au second rang à l'issue du scrutin. M. Lapid obtient le ministère des Finances, un poste de grande influence, ainsi que celui de l'Éducation. Le parti Maison juive du milliardaire Naftali Bennett contrôlera les ministères du Logement et du Commerce. Ce parti est associé aux colons de la Cisjordanie.

MM. Lapid et Bennett ont formé une alliance étroite pendant les négociations avec M. Nétanyahou, puisque leurs formations politiques défendent des idées très similaires.

Le parti de M. Nétanyahou conserve deux ministères puissants, ceux de la Défense et de l'Intérieur.