NOUVELLES
14/03/2013 11:07 EDT | Actualisé 14/05/2013 05:12 EDT

Entente imminente entre les enseignants et la province, selon des sources

Après des mois de négociations, le gouvernement albertain et l'Association des enseignants de la province (ATA) seraient parvenus à une entente de quatre ans, selon des sources de CBC.

Un pas de plus aurait été franchi vers la conclusion d'un contrat de travail entre les 35 000 enseignants de la province et le gouvernement.

L'ATA recommanderait à ses membres d'accepter un contrat de travail proposé à la table de négociations.

« C'est la première étape, c'est un obstacle de réglé » explique le président de l'Association des enseignants du réseau public de Calgary, Frank Bruseker.

Des sources ont confié à CBC que les enseignants auraient un gel de salaire de trois ans, suivi d'une hausse de 2 % lors de la quatrième année, soit le maximum que le gouvernement provincial avait affirmé être prêt à accepter.

Dans son dernier budget, la province n'avait d'ailleurs pas prévu d'augmentation salariale pour les enseignants.

Par ailleurs, la province aurait accepté d'évaluer la charge de travail des enseignants, un des points en litige.

La première ministre Redford et le ministre de l'Éducation Jeff Johnson, conjointement avec le président de l'ATA, Carol Henderson, et le député Manmeet Bhullar, feront le point sur l'état des négociations lors d'une conférence de presse vendredi matin dans une école de Calgary.

Négociations difficiles

Le mois dernier, l'Association des enseignants de l'Alberta avait refusé, à l'unanimité, la dernière offre du gouvernement qu'elle avait qualifiée d'inacceptable.

Mardi, le ministre de l'Éducation avait affirmé qu'un contrat pourrait être imposé aux enseignants, si la mésentente perdurait.

Les quelque 35 000 enseignants de la province sont sans contrat de travail depuis le mois d'août dernier.