DIVERTISSEMENT
14/03/2013 02:21 EDT | Actualisé 14/05/2013 05:12 EDT

Les acteurs de «Big Bang Theory» attribuent une part de leur succès aux reprises

CBS

LOS ANGELES, États-Unis - Lorsque les comédiens de la série télévisée humoristique «The Big Bang Theory» se sont présenté pour la première fois au PaleyFest en 2009, leur émission ne se classait même pas parmi les 40 plus populaires aux États-Unis.

Et pourtant, l'épisode original de «Big Bang» diffusé la semaine dernière s'est pourtant retrouvé en tête de liste chez les téléspectateurs les plus courtisés par les annonceurs, ceux âgés de 18 à 49 ans.

En outre, il a été la deuxième émission la plus visionnée de la semaine aux États-Unis, derrière «NCIS», avec plus de 20 millions de téléspectateurs.

Qu'est-ce qui a rendu «Big Bang Theory» si populaire? Probablement les reprises. Celles-ci ont été presque impossible à éviter depuis que les stations locales américaines et le réseau de câble TBS ont commencé à les diffuser en septembre 2011.

Cette stratégie a permis à des millions de téléspectateurs qui n'avaient pas vu les épisodes lors de leur première diffusion sur CBS de se familiariser avec ses personnnages.

Les reprises ont fait en sorte que le public américain a «pratiquement été forcé de regarder l'émission», a illustré mercredi l'acteur Simon Helberg, une des vedettes de la comédie de situation, lors de son arrivée au PaleyFest.

«Nous le forçons au travers de la gorge des gens, et puis ils apprennent à l'apprécier.»

«The Big Bang Theory», des cocréateurs Chuck Lorre et Bill Prady, raconte les tribulations de deux colocataires, les physiciens Leonard Hofstadter (joué par Johnny Galecki) et Sheldon Cooper (Jim Parsons), ainsi que celles de leurs amis et collègues, l'ingénieur Howard Wolowitz (Simon Helberg) et l'astrophysicien Raj Koothrappali (Kunal Nayyar).

Même si Jim Parsons y tient le rôle d'un génie, il s'explique difficilement le succès actuel de l'émission.

«Il y a quelque chose d'insaisissable au sujet des téléspectateurs et des nombres et des choses comme ça», explique-t-il. «Je peux à peine m'imaginer 20 personnes dans une seule salle. Si vous voulez parler de 17 ou 18 millions, eh bien, vous m'avez perdu.»

Le PaleyFest, une série annuelle de discussions publiques avec les responsables et acteurs de séries télévisées, se poursuit jusqu'à vendredi au théâtre Saban, à Los Angeles.