NOUVELLES
14/03/2013 08:17 EDT | Actualisé 14/05/2013 05:12 EDT

Amir Khadir juge indécente la proximité de l'ex-patron du BAPE avec les minières

Le député de Québec solidaire Amir Khadir juge que l'ex-président du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) Pierre Renaud fait preuve d'indécence en conseillant les minières si peu de temps après son congédiement de l'organisme gouvernemental.

M. Khadir a fait ce commentaire jeudi au lendemain d'un discours de M. Renaud à la Tribune des leaders de l'industrie minière, à Montréal, au cours duquel l'avocat a invité les entreprises du secteur à investir la sphère médiatique.

M. Renaud a déploré que « 12 personnes mènent le jeu environnemental au Québec, dont certaines sont devenues ministres ».

L'ex-patron du BAPE, congédié l'automne dernier par l'ex-ministre de l'Environnement Daniel Breton, a ajouté que ces personnes se prononcent sur des sujets qu'elles ne connaissent pas.

Le cabinet d'avocats McCarthy Tétrault a annoncé en janvier la nomination de M. Renaud, en précisant que son expertise environnementale servirait à ses clients du secteur des ressources naturelles.

Pour M. Khadir, la sortie de M. Renaud illustre la situation de « conflit d'intérêts patent » dans laquelle il se retrouve en raison de ses fonctions au BAPE, qu'il a présidé de 2007 à 2012, après avoir été commissaire de l'organisme de 1993 à 1996.

Sans s'avancer sur la possibilité d'une contravention à des règles d'après-mandat, M. Khadir croit que cela soulève à tout le moins des questions.

« C'est indécent qu'un ancien président du BAPE prenne la défense de l'industrie minière, fasse la promotion des intérêts de l'industrie minière et leur demande d'être plus agressifs et de se chercher des artistes pour nous faire avaler la légitimité de la complainte des riches et des multinationales », a-t-il dit en entrevue.

Selon le député, la situation de M. Renaud soulève aussi des doutes sur la façon dont il a supervisé l'étude d'impacts environnementaux de divers projets.

« Ça expliquerait pourquoi tous ces processus ont forcé les citoyens à avaler tant de couleuvres, a-t-il dit. Je pense au mégadépotoir à côté de mon hôpital à Le Gardeur, je pense à la mine à ciel ouvert en plein milieu d'une ville à Malartic, des projets qui ont tous été avalisés par le BAPE. »

Un porte-parole du cabinet McCarthy Tétrault a fait savoir que M. Renaud n'était pas disponible pour réagir aux propos de M. Khadir.

Le code d'éthique du BAPE stipule que les anciens membres ne doivent pas tirer d'avantages indus de leurs fonctions antérieures.

Il leur est aussi interdit de divulguer les informations confidentielles obtenues dans leurs fonctions ou de les utiliser à leur profit ou pour celui d'un tiers.

Une porte-parole du BAPE, Diane Paquin, a minimisé les risques de conflits d'intérêts, puisqu'à titre de président du BAPE, M. Renaud n'a présidé aucune commission d'enquête sur des projets spécifiques, une responsabilité qui incombe aux commissaires.

« Actuellement on n'a aucune preuve que M. Renaud aurait agi incorrectement », a-t-elle dit.

L'évaluation du respect des règles d'éthique relève du président du BAPE, Pierre Baril, qui a succédé à M. Renaud, a précisé Mme Paquin.