NOUVELLES
14/03/2013 11:28 EDT | Actualisé 14/05/2013 05:12 EDT

É-U: une cour annule la condamnation d'une femme qui avait reçu la peine de mort

PHOENIX, États-Unis - Une cour d'appel fédérale aux États-Unis a annulé la condamnation de peine de mort imposée, en 1989, à une femme pour avoir tué son fils âgé de 4 ans, concluant que la cause avait été entachée par un détective qui avait déjà menti sous serment dans le passé.

La décision de jeudi a causé une surprise dans une affaire qui avait fait la manchette partout au pays en raison de la nature horrible du crime.

Des procureurs avaient soutenu que Debra Jean Milke avait habillé son fils Christopher de ses vêtements préférés et lui avait dit qu'ils allaient voir le Père Noël dans un centre commercial pendant les Fêtes.

Plutôt, le garçon avait été emmené dans le désert par le copain de sa mère et un autre homme et a été atteint de trois balles derrière la tête, dans ce que les procureurs avaient décrit comme un plan de Milke et des deux autres accusés pour recueillir une police d'assurance-vie d'une valeur de 50 000$.

Milke aurait été la première femme exécutée en Arizona depuis les années 1930 et tous ses appels avaient été épuisés. La Cour suprême de l'Arizona avait même émis un mandat de mise à mort pour Milke en 1997, mais l'exécution avait été retardée parce qu'elle n'avait pas encore épuisé tous ses appels au niveau fédéral.

Un comité de trois juges de la 9e Cour d'appel du circuit américain a statué jeudi que la poursuite avait omis de dévoiler de l'information sur des antécédents d'inconduite de l'un des détectives qui avait témoigné que Milke avait confessé avoir planifié le meurtre de son fils.

Cette dernière avait toujours proclamé son innocence. Il n'y avait pas d'enregistrement ou d'autres témoins de sa confession.

Dans sa décision, le juge en chef Alex Kozinski a écrit «qu'aucun système de justice civilisé aurait dû dépendre de preuves aussi peu solides, très possiblement entachées de malhonnêteté ou d'un excès de zèle».

La décision ordonne à une cour de première instance de forcer les autorités de l'État à remettre toutes les informations sur le détective.

Une fois que la matériel sera remis, les procureurs auront 30 jours pour décider si Milke subira un nouveau procès. Sinon, elle sera libérée de prison.

Son avocat, Michael Kimerer, n'était pas disponible pour commenter l'affaire jeudi. En 2009, il avait déclaré que sa cliente maintenait son innocence et qu'elle était une mère qui aimait son fils et qui pleurait toujours sa mort.