NOUVELLES
13/03/2013 10:05 EDT | Actualisé 13/05/2013 05:12 EDT

Wall Street recule légèrement, malgré de bonnes ventes au détail américaines

Wall Street évoluait en légère baisse mercredi, tiraillée entre l'accélération des ventes au détail aux Etats-Unis, de bon augure pour la consommation du géant économique, et des nouvelles préoccupantes en zone euro: le Dow Jones cédait 0,22% et le Nasdaq 0,29%.

Vers 13H45 GMT, l'indice Dow Jones Industrial Average, cédait 32,11 points, à 14.417,95 points. Cet indice vedette de la Bourse new-yorkaise avait atteint la veille un nouveau sommet en clôture à 14.450,06 points, le sixième d'affilée.

Le Nasdaq, à dominante technologique, reculait de 9,56 points, à 3.232,76 points et l'indice élargi Standard and Poor's 500 reculait de 0,26% (-4,00 points) à 1.548,48 points.

"Le chiffre meilleur que prévu des ventes au détail aux Etats-Unis" a donné un coup de fouet aux indices, ont noté les analystes de la maison de courtage Charles Schwab. En effet, la consommation est l'un des moteurs essentiels de la croissance aux Etats-Unis.

L'accélération des ventes au détail américaines en février, dont la hausse était la plus forte en cinq mois, a été notamment portée par la hausse des recettes des ventes aux pompes à essence, en raison d'une progression très forte du prix de ce produit pétrolier en février.

Mais même en mettant ce facteur de côté, "on a observé une augmentation solide des dépenses" aux Etats-Unis ce mois-là, a remarqué l'économiste Joel Naroff, de Naroff Economics.

"C'est rassurant pour les marchés qui ont beaucoup misé sur l'hypothèse du maintien d'une consommation solide, en dépit de la hausse des contributions sociales sur les salaires et des prix de l'essence", a souligné Patrick O'Hare, de Briefing.com.

Ce bon chiffre occultait en partie une statistique moins encourageante indiquant que "les prix des produits étrangers importés aux Etats-Unis ont continué à augmenter en février" par rapport au mois précédent, ont relevé les experts de Charles Schwab.

Les indices restaient cependant plombés par la "faiblesse venue des marchés européens pénalisés par une émission obligataire décevante en Italie" et un indicateur inquiétant, a ajouté Patrick O'Hare, de Briefing.com.

En effet, la production industrielle a accusé "une baisse plus prononcée que prévue en janvier dans la zone euro, de 0,4% contre 0,1% attendu", a-t-il précisé.

Le marché obligataire reculait. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans avançait à 2,033% contre 2,023% mardi, et celui à 30 ans à 3,225% contre 3,219%.

ppa/jum/rap