NOUVELLES
13/03/2013 04:36 EDT | Actualisé 13/05/2013 05:12 EDT

Wall Street: l'indice vedette Dow Jones signe son 7e record d'affilée

Wall Street a fini en hausse mercredi, son indice vedette Dow Jones signant un septième record historique d'affilée et clôturant en hausse pour la neuvième séance consécutive, une première depuis 1996: l'indice a gagné 0,04% et le Nasdaq 0,09%.

Selon les résultats définitifs à la clôture, l'indice Dow Jones Industrial Average a avancé de 5,22 points, à 14.455,28 points, un niveau jamais vu auparavant et le Nasdaq, à dominante technologique, de 2,80 points, à 3.245,12 points.

L'indice élargi Standard and Poor's 500 s'est adjugé 0,13% (+2,04 points) à 1.554,52 points, se maintenant à une dizaine de points de son propre record (1.565,15 points) franchi le 9 octobre 2007.

Après quelques hésitations, la place new-yorkaise a une nouvelle fois cédé à la tendance haussière qui la porte depuis début mars.

"On a l'impression que ce ne sont plus tant les nouvelles macroéconomiques qui influencent le marché", a noté Gregori Volokhine, de Meeschaert New York. "Ce sont davantage les gains qui appellent de nouveaux gains".

Selon lui, "il est très curieux de voir ce marché qui grignote des points tous les jours: chaque baisse n'est pas vue comme une occasion d'engranger des profits mais d'entrer sur le marché".

Un chiffre meilleur que prévu des ventes de détail aux Etats-Unis, où la consommation est un ressort essentiel de la croissance, a cependant aidé à donner un coup de fouet au marché, selon les experts de Charles Schwab.

L'accélération des ventes de détail américaines en février, dont la hausse était la plus forte en cinq mois, a été notamment portée par la hausse des recettes des ventes de carburant, en raison d'une progression très forte du prix de l'essence en février.

Mais même en mettant ce facteur de côté, "on a observé une augmentation solide des dépenses" aux Etats-Unis ce mois-là, a remarqué l'économiste Joel Naroff, de Naroff Economics.

"C'est rassurant pour les marchés qui ont beaucoup misé sur l'hypothèse d'un maintien d'une consommation solide, en dépit de la hausse des contributions sociales sur les salaires et des prix de l'essence", a souligné Patrick O'Hare, de Briefing.com.

Et si elles ont perturbé les bourses européennes, les inquiétudes liées à la baisse de la production industrielle plus forte que prévu en zone euro n'ont pas réussi à peser sur le marché américain.

Le marché obligataire a légèrement progressé. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans a légèrement reculé à 2,021% contre 2,023% mardi, et celui à 30 ans à 3,216% contre 3,219%.

ppa/sl/sam