NOUVELLES
13/03/2013 05:10 EDT | Actualisé 13/05/2013 05:12 EDT

Une scène de film pour remettre de l'argent comptant à Bernard Trépanier

SRC

MONTRÉAL - Un autre ingénieur, Charles Meunier, qui travaillait cette fois pour la firme BPR, a confirmé devant la Commission Charbonneau qu'il a servi d'intermédiaire pour remettre des milliers de dollars comptant à Bernard Trépanier, l'ancien responsable du financement d'Union Montréal.

C'est une véritable scène de film qu'il a décrite, mercredi, devant la commission: il passait par une ruelle, par exemple, ou demandait à Bernard Trépanier de venir s'asseoir dans sa voiture, après qu'il ait glissé l'enveloppe d'argent sous le siège du passager.

M. Meunier était visiblement dégoûté par ce qu'il devait faire à compter des années 2004 ou 2005, selon lui, pour que BPR obtienne des contrats de la Ville de Montréal. Il a raconté qu'il ne voulait même pas remettre l'enveloppe d'argent en main propre à Bernard Trépanier — il la plaçait sur une armoire et lui disait qu'elle était là.

«Je voulais me débarrasser de ça au plus vite à chaque fois», a raconté le témoin.

Il croit avoir ainsi servi d'intermédiaire «quatre ou cinq fois» entre son employeur de l'époque et Bernard Trépanier, pour remettre des sommes de 5000 $ à 25 000 $ en argent comptant.

Lui qui est diplômé en génie et en relations publiques n'aimait pas ce qu'il voyait. «J'ai fait des études, pas pour être une 'boîte à malle' entre ces gens-là et l'entreprise. Je commence à réaliser que ce n'est pas... Je ne suis pas fier; ce n'est pas très honorable ce qui se passe là», a-t-il lancé.

Mais quand il se bornait à acheter des billets pour des cocktails de financement, au début des années 2000, BPR ne remportait pas de contrats à la Ville de Montréal. Tout a changé quand on lui a dit de rencontrer Bernard Trépanier et que BPR s'est mis à remettre des enveloppes d'argent. Les contrats sont finalement arrivés.

Bernard Trépanier l'informait s'il allait obtenir le contrat et lui disait même le prix. Il l'a même informé, une fois, que BPR allait devoir faire un consortium avec le Groupe Séguin.

Et M. Trépanier «s'en vantait d'être très proche de M. (Frank) Zampino (à l'époque président du comité exécutif de la ville de Montréal)», a-t-il relaté.

Son témoignage se poursuit ce jeudi, après quoi la commission doit entendre l'ancien journaliste d'enquête du quotidien La Presse André Noël, aujourd'hui enquêteur à la Commission Charbonneau.

INOLTRE SU HUFFPOST

La commission Charbonneau en bref