NOUVELLES
13/03/2013 07:53 EDT | Actualisé 13/05/2013 05:12 EDT

Syrie: des attaques au mortier font 3 morts et 50 blessés à Damas

BEYROUTH - Des obus de mortier ont frappé une zone résidentielle de Damas mercredi, tuant au moins trois personnes et en blessant plus de 50, dont plusieurs femmes et enfants, a annoncé l'agence de presse officielle SANA.

Ces attaques sont survenues alors que les troupes du gouvernement de la Syrie et celles de l'opposition se disputaient des quartiers importants dans le nord-est de la capitale syrienne, ont rapporté des résidants et des activistes.

SANA a déclaré que des «terroristes» avaient pris pour cible le quartier d'Al-Boukhtyar et que deux obus étaient tombés près d'un orphelinat. Le régime syrien utilise souvent le terme «terroriste» pour désigner les insurgés qui veulent renverser le président Bachar el-Assad.

Les rebelles ont multiplié les attaques au mortier contre Damas durant les dernières semaines, visant de plus en plus le coeur de la ville dans l'espoir d'ébranler l'emprise des forces d'Assad sur la capitale.

La chaîne télévisée pro-gouvernementale Al-Ekhbariya TV a diffusé des images des attaques montrant des résidences et des voitures en flammes, des pompiers essayant d'éteindre les brasiers et des résidants en larmes maudissant les rebelles.

L'Union européenne (UE) a également annoncé mercredi que l'un de ses employés avait été tué par une roquette dans une zone contrôlée par les rebelles dans le sud de Damas.

Les combattants de l'opposition tentent depuis des semaines de conquérir Damas, attaquant sans relâche les points de contrôle et les bases militaires du régime. Les deux camps voient la capitale comme la conquête ultime pour gagner la guerre civile.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), les combats à Damas mercredi étaient concentrés dans les quartiers de Jobar et de Barzeh.

L'OSDH, un groupe d'opposants au régime Assad basé en Grande-Bretagne, a également affirmé qu'une bombe dissimulée dans une automobile avait explosé à l'extérieur d'un poste de police à l'ouest de Damas. Il a ajouté que des affrontements violents avaient suivi la déflagration, mais n'a pas pu préciser le nombre de victimes.

Des combats faisaient aussi rage mercredi dans d'autres villes syriennes, dont Homs, où l'armée a pilonné les positions de l'insurrection et effectué plusieurs frappes aériennes sur le quartier de Baba Amr, un ancien bastion de l'opposition que celle-ci essaie de reconquérir depuis quelques jours.

À Bruxelles, la responsable de la politique étrangère de l'UE, Catherine Ashton, a déclaré qu'un membre de la délégation européenne en Syrie avait perdu la vie mardi à Daraya, en banlieue de Damas. Il s'agit du premier employé de l'UE à périr durant la guerre civile syrienne.

Un porte-parole de Mme Ashton a indiqué que la victime, Ahmad Shihadeh, travaillait pour l'UE depuis cinq ans et qu'il avait vécu à Daraya, l'un des principaux champs de bataille de la capitale.

Catherine Ashton a révélé que le jeune homme de 32 ans était décédé alors qu'il fournissait de l'aide humanitaire aux habitants. Elle a saisi l'occasion pour réclamer la fin du conflit, qui s'est amorcé en mars 2011 avec des manifestations contre le président Bachar el-Assad et a viré à la guerre civile après que des opposants eurent prirent les armes pour riposter à la violente répression du régime.

D'après les Nations Unies, la crise a fait plus de 70 000 morts et poussé quatre millions de Syrien à fuir leur domicile.