NOUVELLES
13/03/2013 11:39 EDT | Actualisé 13/05/2013 05:12 EDT

Nouvelle manifestation à Québec contre la réforme de l'aide sociale

Une cinquantaine de personnes de différents groupes de défense des droits des assistés sociaux manifestent encore une fois mercredi à Québec, devant les bureaux de la ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale, Agnès Maltais.

Les manifestants, en colère, dénoncent les compressions du gouvernement Marois au programme d'aide sociale. Depuis 10 h 30, ils scandent des slogans dans lesquels ils qualifient la ministre de menteuse et de voleuse.

Ces modifications toucheront notamment les prestataires âgés de 55 à 57 ans, lesquels devront participer à des recherches d'emploi pour avoir droit à une allocation supplémentaire. Le gouvernement péquiste prévoit également limiter à 90 jours les traitements défrayés pour les prestataires de l'aide sociale qui veulent traiter une dépendance à l'alcool ou à la drogue. Québec réduira finalement les prestations pour les familles avec enfant de moins de cinq ans.

Des changements inacceptables, selon l'une des organisatrices de la manifestation, Marie-Ève Duchesne, qui demande au gouvernement de reculer.

« Ça nous prend plus que des garanties de "vous allez voir ça va être fabuleux". Le Parti québécois, depuis son entrée au pouvoir, il n'a pas tenu beaucoup de ce qu'il avait annoncé pendant sa campagne électorale. Nous, on a besoin d'engagements. On a besoin de concret. On n'a besoin de voir c'est quoi sur le terrain », affirme Marie-Ève Duchesne.

La ministre Agnès Maltais dit comprendre les inquiétudes, mais elle campe sur ses positions. La ministre a déjà rencontré des représentants d'organismes de défense des assistés sociaux. Elle se dit d'ailleurs ouverte aux discussions, mais précise que son gouvernement ne reculera pas sur cette décision. Elle rappelle que les fonds ainsi épargnés seront réinvestis dans divers programmes d'aide à l'emploi. Agnès Maltais estime qu'au final cette stratégie profitera à tout le monde.

« Je vois ce qui se dit, s'écrit, mais je reste ferme. Nous pourrons au bout de ce processus mieux aider les personnes ».

Les changements à l'aide sociale doivent entrer en vigueur le 1er juin.