NOUVELLES
13/03/2013 06:08 EDT | Actualisé 13/05/2013 05:12 EDT

Les chambres de commerce du Québec à la rescousse des sociétés minières

La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) résume en trois mots l'état d'esprit des principaux acteurs de l'industrie minière au Québec : inquiétude, instabilité et incertitude. Selon la FCCQ, qui a réuni mercredi plus de 200 représentants de l'industrie minière à Montréal, il est temps que l'opinion publique cesse de croire que les minières « ne paient pas leur juste part ». 

« Les chiffres parlent clairement et les redevances ne sont que la pointe de l'iceberg d'une fourchette de taxes, impôts, obligations fiscales et compensations que les minières doivent acquitter pour développer leurs projets », a déclaré François-William Simard, directeur Stratégie et affaires économiques à la FCCQ.

Les chambres de commerce du Québec soulignent que les changements que souhaite apporter le gouvernement du Québec au système de redevances auront un impact notamment sur les sociétés juniors. La FCCQ craint que cet impact n'entraîne la fermeture de certaines de ces jeunes entreprises.

Québec entend imposer le versement d'une redevance minimale pour chaque société qui exploitera une mine dans la province. Le gouvernement de Pauline Marois veut de plus modifier le régime d'impôt minier de sorte que, lorsque les bénéfices des sociétés minières augmenteront, les Québécois tireront profit d'une plus grande part de ces bénéfices.

La FCCQ rappelle aussi que la production minière au Québec ne représente que 1 % de la production minière mondiale. L'instabilité du marché pourrait donner lieu à un exode des investisseurs, s'inquiète la Fédération.

Cette prise de position de la part des chambres de commerce, faite de concert avec les représentants de l'industrie minière, survient à deux jours de l'ouverture d'un Forum sur les redevances minières, tenu par Québec.