NOUVELLES
13/03/2013 03:07 EDT | Actualisé 13/05/2013 05:12 EDT

Le pétrole à l'équilibre à New York après une nouvelle hausse des stocks US

Les cours du pétrole ont terminé la séance à l'équilibre mercredi à New York, hésitant entre l'annonce d'une nouvelle hausse des réserves de brut aux Etats-Unis, premier consommateur mondial d'or noir, le renforcement du dollar et un bon indicateur américain.

Le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en avril a lâché 2 cents par rapport à la clôture de mardi sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), pour s'établir à 92,52 dollars.

Le marché avait débuté la séance nettement en hausse, "largement aidé par les chiffres sur les ventes au détail", a remarqué Bill Baruch, de iiTrader.com.

Portée notamment par un bond des ventes aux pompes à essence, les ventes au détail ont fortement augmenté en février, progressant de 1,1% par rapport à janvier, alors que la prévision médiane des analystes le donnait en hausse de 0,5%. C'est leur plus forte hausse en 5 mois.

Cet indicateur était particulièrement surveillé par les investisseurs car il mesure "l'impact sur le consommateur américain de la hausse des contributions sociales du début d'année", a noté Robert Yawger, de Mizuho Securities USA.

Mais les cours ont commencé à reculer après l'annonce par le département américain de l'Energie (DoE) d'une nouvelle progression des stocks de brut, qui se sont étoffés de 2,6 millions de barils lors de la semaine achevée le 8 mars, soit un peu plus que les 2,4 millions attendus par les analystes.

La baisse est toutefois restée limitée car les réserves de brut à Cushing (Oklahoma), où le pétrole qui sert de référence au WTI s'est accumulé ces derniers mois en raison de l'insuffisance de moyens d'acheminement vers les raffineries du golfe du Mexique, ont diminué de 1,5 million de barils, à 49,3 millions de barils.

"Il semblerait que les problèmes d'oléoducs commencent à s'amoindrir, ce qui est positif pour le WTI", a relevé James Williams, de WTRG Economics.

Le prix du baril a par la suite été affecté par la progression du billet vert, qui est monté mercredi à son niveau le plus élevé depuis trois mois face à l'euro. Ce mouvement est de nature à rendre moins attractifs les achats de brut libellés en dollar pour les investisseurs munis d'autres devises.

jum/sl/mdm