NOUVELLES
13/03/2013 05:55 EDT | Actualisé 13/05/2013 05:12 EDT

Le cardinal argentin Jorge Mario Bergoglio devient le pape François

VATICAN, État de la Cité du Vatican - Le cardinal argentin Jorge Mario Bergoglio a été élu pape mercredi, devenant le premier prélat originaire de l'Amérique à accéder au Saint-Siège et le premier pontife non européen en plus de mille ans. ll portera le nom de François.

Apparemment sous le choc, Monseigneur Bergoglio a timidement salué les dizaines de milliers de fidèles rassemblés sur la place Saint-Pierre, disant être étonné que les cardinaux aient été obligés d'aller à l'autre bout de la Terre pour trouver le nouvel évêque de Rome.

En choisissant un pape âgé de 76 ans, les 115 cardinaux électeurs ont clairement décidé qu'ils ne voulaient pas d'un jeune pontife vigoureux qui resterait en place pendant des décennies, mais souhaitaient plutôt avoir un évangélisateur populaire et expérimenté qui saura attirer de nouvelles ouailles.

Les cardinaux ont surmonté leurs différends pour choisir le 266e pontife dans le cadre d'un conclave extraordinairement court.

Le pape François a demandé aux gens de prier pour lui et pour son prédécesseur, Benoît XVI, dont la démission a ouvert la voie à un conclave mouvementé ayant permis d'élire le premier pape jésuite.

«Mes frères et mes soeurs, bonsoir», a-t-il déclaré lors de son premier discours en tant que pontife. «Vous savez que le travail du conclave est de fournir un évêque à Rome. Il semble que mes frères cardinaux sont allés au bout du monde pour le trouver. Merci pour votre accueil.»

Selon la rumeur, Jorge Mario Bergoglio était arrivé deuxième lors du conclave de 2005 qui s'était conclu par l'élection de Joseph Ratzinger, futur Benoît XVI. Ce dernier est devenu en février le premier pape à démissionner en 600 ans.

Après avoir déclaré «Habemus Papam!», ce qui signifie «Nous avons un pape!», le cardinal français Jean-Louis Tauran a révélé mercredi le nom du nouveau pape en latin à la foule réunie devant le balcon de la basilique Saint-Pierre.

Mgr Bergoglio, qui était l'archevêque de Buenos Aires avant son élection, est le fils d'immigrants italiens de la classe moyenne et a la réputation d'être un homme humble qui refuse de vivre dans le luxe.

Il se rend souvent au travail en autobus, cuisine lui-même ses repas, visite régulièrement les bidonvilles qui entourent la capitale argentine et considère que le travail pour la collectivité est la principale mission de l'Église.

Les catholiques parlent encore de l'allocution que le nouveau pontife a donné l'an dernier dans laquelle il avait accusé les dirigeants de l'Église d'avoir oublié que Jésus avait lavé des lépreux et mangé avec des prostituées.

Jorge Mario Bergoglio a un peu réduit ses activités avec l'âge et souffre davantage de la perte du poumon qui lui a été enlevé lorsqu'il était adolescent en raison d'une infection.

Durant les nombreuses années qu'il a passées à enseigner et à guider les prêtres en Amérique latine, Mgr Bergoglio a aussi fait preuve d'une belle sensibilité politique et d'une grande humilité, une qualité très prisée par les cardinaux, d'après son biographe officiel Sergio Rubio.

Ce côté humble est ressorti mercredi lorsque François a demandé à la foule de prier pour lui et a baissé la tête avant de la bénir. «Bonne nuit et reposez-vous bien», a-t-il conclu.

Le nouveau pape a décidé de s'appeler François en hommage à François d'Assise, le saint italien dont le nom est synonyme de paix, de pauvreté et de simplicité.

Le porte-parole du Vatican, le père Federico Lombardi, a annoncé que François célébrerait sa première messe en tant que pontife jeudi à la chapelle Sixtine et monterait officiellement sur le trône de Saint-Pierre mardi.

Le nouveau pape devrait aussi rencontrer Benoît XVI au cours des prochains jours après avoir discuté au téléphone avec lui à la suite de son élection.

Plus tôt, les dizaines de milliers de personnes ayant bravé la pluie et le froid pour surveiller la cheminée de la chapelle Sixtine avaient crié de joie en voyant s'échapper la fumée blanche un peu après 19 h, heure locale.

Plusieurs ont hurlé «Habemus Papam!» alors que les cloches de la basilique et des autres églises de Rome sonnaient à toute volée.

De nombreux fidèles scandaient «Longue vie au pape!», les larmes aux yeux. L'enthousiasme était à son comble lorsque les fanfares du Vatican et de l'armée italienne sont arrivées sur la place et ont gravi les marches menant à la basilique suivies des gardes suisses.

Les musiciens ont joué les premières mesures de l'hymne national du Vatican et de l'Italie alors que la foule, estimée à 50 000 personnes, brandissait les drapeaux de divers pays à travers le monde.

Élu après cinq votes, François a été choisi dans le cadre de l'un des conclaves les plus brefs de l'histoire, un exploit si l'on considère que la course ne comptait aucun favori. Le gagnant devait recueillir 77 voix sur 115, soit les deux tiers des votes, pour être nommé pape.

À titre de comparaison, Benoît XVI a été élu après quatre votes en 2005 alors que Jean-Paul II avait été choisi au terme de huit votes en 1978, devenant le premier pontife non italien en 455 ans.