NOUVELLES
13/03/2013 01:45 EDT | Actualisé 12/05/2013 05:12 EDT

La longue attente de Latendresse

Que s'est-il passé depuis le 13 décembre 2011? Le Canadien a changé deux fois d'entraîneur-chef, Scott Gomez a marqué quatre buts et Guillaume Latendresse, lui, a longtemps attendu pour en marquer un.

L'attente de Latendresse a pris fin lundi, dès la 55e seconde du match face aux Bruins de Boston, quand il a déjoué Tuukka Rask en échappée. Entre ce but et sa réussite précédente, enregistrée à Winnipeg face à Ondrej Pavelec, sous les couleurs du Wild du Minnesota, il s'est écoulé 15 mois, ou très exactement 454 jours. Il était temps...

« Ça a fait du bien, a lancé un Latendresse souriant, mercredi, à l'issue de l'entraînement des Sénateurs d'Ottawa (13-8-5), rivaux du Canadien (17-5-4) en soirée à Montréal. Ça faisait 13 mois (sic) que je n'avais pas marqué. Quand tu manques beaucoup de temps, tu as des épisodes où tu te remets en question. De revenir et marquer, ça a vraiment fait du bien. »

Ce but, Latendresse l'a enfilé dès sa première présence à son retour au jeu après une absence de 18 matchs. Avant de tomber au combat, l'ancien du Canadien ne comptait qu'une passe en six rencontres. Pour un joueur embauché pour une seule saison, qui tente de prouver qu'il peut demeurer en santé, il devenait impératif de retourner sur la patinoire.

« Les blessures font partie de la game et c'est de la façon dont tu t'en remets qui montrent ta valeur, résume-t-il. C'était important de revenir pour montrer ce que je peux apporter. »

Interrogé par Radio-Canada Sports, le directeur général des Sénateurs, Bryan Murray, a indiqué que le prochain contrat de Latendresse n'était pas encore à l'ordre du jour, mais a eu de bons mots pour le numéro 73.

« On aime Guillaume, a dit le DG. C'est une très bonne personne, il travaille fort. C'est malheureux qu'il ait été blessé. Il semble avoir la solution, il sait d'où viennent ses problèmes. On souhaite qu'il puisse à recommencer à jouer et nous aider à gagner. »

Son entraîneur-chef, lui, a été agréablement surpris du retour du Québécois.

« Guillaume a fait du bon travail durant son absence, a dit Paul MacLean. On s'attendait à ce qu'il manque un peu d'énergie en fin de match, mais ce n'était pas le cas. Il a finalement joué 18 minutes. »

Les « petits médicaments »

Cette solution aux mystérieux maux de Latendresse est venue de l'Université du Michigan, où s'est rendu le joueur à la fin février pour y rencontrer le Dr. Jeffrey Scott Kutcher, sur recommandation de Francis Bouillon.

Il s'y était rendu avec son équipement de hockey, à la demande du médecin, qui voulait le voir patiner. Or, il avait été aperçu en train de quitter la Place Banque Scotia, sac de hockey sur le dos, ce qui avait créé une certaine intrigue quant à son avenir avec les Sénateurs.

Latendresse était blessé au cou, mais il souffrait de symptômes apparentés à ceux d'une commotion cérébrale, mais n'avait pas reçu un tel diagnostic. Il craignait évidemment en avoir subi une troisième, après les deux qu'il dit avoir subi avec le Wild du Minnesota. Mais le Dr. Kutcher a découvert qu'il souffrait plutôt de migraines.

« Il m'a assuré que je n'avais pas de problème de commotion, donc ce n'est pas mon cerveau, raconte-t-il. Ce sont des migraines et depuis que je prends des petits médicaments, ça a passé!

« J'étais découragé, surtout avec les problèmes de l'an passé. Mais depuis que j'ai parlé au docteur, je me sens positif, ça faisait longtemps que je n'avais pas été comme ça. »

Ce n'est visiblement plus le même joueur qui disait, fin janvier, qu'il n'avait pas eu de plaisir depuis longtemps...