NOUVELLES
13/03/2013 09:59 EDT | Actualisé 13/05/2013 05:12 EDT

Des millions de faux timbres en circulation au Canada

Il n'y a pas que la production de faux billets de banque qui intéresse les faussaires au Canada, la contrefaçon de timbres-poste est un problème également répandu au pays.

Une activité criminelle qui ferait perdre des sommes d'argent importantes chaque année à Postes Canada.

Mary Johnson l'a découvert à ses dépens dernièrement alors qu'elle expédiait des cartes de remerciements à ses collègues. Deux semaines plus tard, une lettre lui est retournée : elle apprend, stupéfaite, qu'elle avait utilisé des timbres contrefaits!

Ces timbres, elle se les était procurés au dépanneur du coin, comme le font la majorité des gens.

« J'étais vraiment surprise. Je ne savais pas que ça pouvait exister des faux timbres [...] Pour moi il n'y avait aucune façon de voir qu'ils n'étaient pas bons », explique Mme Johnson.

5 à 10 millions de faux timbres par année

Mais ce qui étonne davantage Mary Johnson, c'est que des fraudeurs se donnent la peine de produire de faux timbres qui valent à peine 61 cents chacun.

En effet, pour faire des profits intéressants, les faussaires doivent en produire et surtout en distribuer des centaines de milliers, voire des millions, sur le marché.

Selon Richard Gratton, philatéliste et expert en contrefaçon, on retrouve de plus en plus de timbres contrefaits sur le marché canadien, entre 5 et 10 millions par année, selon lui.

Nous avons soumis à M. Gratton les quatre timbres restants du carnet de Mme Johnson.

En les examinant à la loupe, il remarque des défauts d'impression. Mais la meilleure façon de détecter les faux timbres est selon lui de les soumettre à la lumière ultraviolette.

Les vrais timbres possèdent en effet des marquages à l'encre fluorescente sur leur contour.

Plus de 80 inspecteurs chez Postes Canada

Chez Postes Canada, on refuse de nous donner une évaluation du phénomène, mais on assure que son impact est limité. La société d'État emploie tout de même plus de 80 inspecteurs pour détecter la contrefaçon.

Et encore, seule une lettre sur les six envoyées par Mary Johnson a été détectée et retournée par Postes Canada.

Plusieurs cas ont été détectés ces dernières années au Canada, notamment en 2003, où des faussaires associés à la mafia russe faisaient imprimer de faux timbres canadiens en Lituanie.

En 2011, Postes Canada a reconnu avoir perdu 2,6 millions de dollars lors d'une autre fraude importante.

Pour éviter la contrefaçon, Postes Canada recommande aux consommateurs d'acheter leurs timbres dans des comptoirs autorisés seulement et de l'aviser de toute activité suspecte.

D'après un reportage de Benoît Giasson