NOUVELLES
13/03/2013 01:28 EDT | Actualisé 12/05/2013 05:12 EDT

De la fumée noire, pas encore de nouveau pape

Une fumée noire vient de sortir de la cheminée surplombant la chapelle Sixtine au Vatican, signifiant ainsi qu'aucun pape n'a encore été élu. Les 115 cardinaux électeurs ont poursuivi dans la matinée leur conclave secret entamé mardi après-midi pour choisir le successeur de Benoît XVI.

Les cardinaux, qui avaient voté une première fois mardi soir, ont tenu deux nouveaux tours de scrutin dans la matinée, aujourd'hui.

.Après une pause pour se restaurer, ils seront de retour cet après-midi dans la chapelle Sixtine, où deux nouveaux tours sont programmés.

Plusieurs votes

Environ deux heures après la fermeture des portes du conclave mardi, de la fumée noire s'est échappée de la cheminée de la célèbre chapelle, témoignant qu'aucun pape n'a encore été élu.

Quatre scrutins sont maintenant prévus chaque jour. Il n'y aura toutefois pas de fumée après chaque scrutin, mais pendant une période déterminée le matin et une autre le soir, logiquement au terme des deux votes de chaque demi-journée.

Deux fois par jour, vers midi et vers 19 h, heure du Vatican (7 h et 14 h, heure avancée de l'Est), une fumée émanera donc de la cheminée de la chapelle Sixtine, décorée des fresques de Michel-Ange, lieu vers lequelles yeux du monde catholique sont rivés.

  • Si la fumée est noire, c'est qu'aucun cardinal n'aura recueilli les deux tiers des votes nécessaires, car pour devenir pape, un cardinal doit récolter 77 des 115 voix exprimées;
  • Si la fumée est blanche, elle sera accompagnée d'un concert de cloches de la basilique Saint-Pierrepour accueillir le successeur de Benoît XVI, premier pape en sept siècles à avoir démissionné.

Les 115 cardinaux électeurs sont enfermés dans la chapelle Sixtine depuis mardi midi, après avoir prêté serment pour jurer qu'ils garderont le secret sur le déroulement du vote. Jusqu'à ce que le 266e chef de l'Église catholique soit élu, ils ne pourront sortir de l'édifice que pour un sommeil à la maison Saint-Marthe voisine.

Et si aucun choix n'est fait vendredi, les cardinaux organiseront une journée de prière et de réflexion samedi avant de recommencer à voter.

Suivez nos envoyés spéciaux au Vatican sur Twitter :

Calendrier papal quotidien (heure de l'Est)

  • 2 h 45 - Les cardinaux quittent la maison Sainte-Marthe.
  • 3 h 15 - Messe à la chapelle Pauline.
  • 4 h 30 - Prières, puis vote dans la chapelle Sixtine (Les cardinaux peuvent voter jusqu'à deux fois).
  • 7 h 30 - Si aucun pape n'a été élu, les cardinaux regagnent la maison Sainte-Marthe, où un déjeuner leur sera servi.
  • 11 h 50 - Nouveau vote dans la chapelle Sixtine (deux scrutins sont possibles).
  • 14 h 15 - Si aucun pape n'a été élu, les cardinaux célèbrent les vêpres dans la chapelle Sixtine.
  • 14 h 30 - Les cardinaux retournent à la maison Sainte-Marthe, où un dîner leur sera servi à 15 h.

Regardez notre illustration sur le processus d'élection d'un pape (Choisissez le plein écran pour une meilleure visualisation) :

Les spéculations vont bon train

Sans parti, ni coalition, les représentants religieux venus de tous les continents doivent élire le prochain pape sur la base de la réputation ou des liens personnels entre eux. Or, plusieurs ne se connaissent pas. Pour la majorité, soit 69 sur 115, c'est la première fois qu'ils participent à une élection papale. 

Ceux qui se connaissent déjà ont souvent étudié ensemble, à la même université pontificale, ou ils ont enseigné côte à côte. Des liens existent aussi entre les cardinaux provenant des mêmes ordres religieux, comme les jésuites, les franciscains, les dominicains et les salésiens.

Les Européens, qui représentent 62 électeurs sur 115, bénéficient à l'évidence des meilleures connexions. Cependant, le fait pour un cardinal d'avoir acquis de l'expérience dans un ministère ou une commission du Vatican peut aussi servir de tremplin pour rassembler les voix.

C'est d'ailleurs ce qui fait spéculer les observateurs sur les chances d'Odilo Scherer, l'archevêque de Sao Paolo, au Brésil, qui a collaboré longtemps avec la congrégation pour le clergé.

De la même façon, le cardinal Marc Ouellet, à la tête de la congrégation pour les évêques à la fin du pontificat de Benoît XVI, s'est fait bien connaître de la Curie.

Mais tout cela n'est pas politique, affirme l'ex-archevêque de Québec, Mgr Maurice Couture. Selon lui, ce n'est pas le même esprit qui règne dans la chapelle Sixtine que lors d'une élection politique.