NOUVELLES
13/03/2013 08:18 EDT | Actualisé 13/05/2013 05:12 EDT

C1 - FC Barcelone: Habemus Messi

Transparent au match aller, perdu 2 à 0 par le FC Barcelone, Leo Messi a illuminé le 8e de finale retour de la Ligue des Champions contre l'AC Milan (4-0), mardi au Camp Nou, initiant la remontée fantastique des Catalans par un doublé somptueux.

Au moment où son équipe, fragilisée par une trois défaites dans trois matches-clés (contre le Milan AC à l'aller et par deux fois contre le Real Madrid), avait le plus besoin de lui, Messi a donc refermé la parenthèse de ses performances plus ternes et sonné la révolte par deux buts de grande classe.

Dès la 5e minute, une superbe frappe décochée dans la lucarne droite d'Abbiati a donné à ses partenaires le signal que la remontée était possible.

Il n'avait jamais marqué face au Milan AC dans le jeu (seulement sur penalty). C'était fait le match à peine commencé.

Et son deuxième à la 39e - également du gauche - a été un véritable poignard planté dans le dos de Milanais qui, à la minute précédente, venaient eux de manquer une énorme occasion par le Français M'baye Niang trouvant le poteau dans un face à face avec Valdes.

Au passage, Messi aura aussi continué à garnir son panier de chiffres hallucinants et de records: alors qu'il pointe déjà en Liga à 40 buts en seulement 27 journées, il est devenu mardi grâce à son doublé le deuxième meilleur buteur de l'histoire de la Ligue des Champions, avec 58 réalisations (derrière le 71 de l'ancien Madrilène Raul).

"Leo" Messi, qui en est à 7 réalisations en C1 cette saison (une unité derrière Ronaldo et Burak Yilmaz), a aussi égalé Thierry Henry et Henrik Larsson au nombre de buts inscrits dans les compétitions continentales (59).

Après un bref répit de deux semaines, le concours d'adjectifs pour saluer les prestations de "la Pulga" a donc repris de plus belle. "Pour ceux qui avaient encore des doutes avant ce match, Messi nous a donné à tous ce soir (mardi) une leçon de football. C'est un joueur hors du commun", constatait à l'issue de la rencontre Jordi Roura, l'entraîneur adjoint du Barça.

"Je savais que Messi était un lion sur le terrain", confiait de son côté Dani Alves qui, avant la rencontre, avait reconnu qu'il trouvait son coéquipier un peu plus "triste" que de coutume.

En dehors des fluctuations de sa forme physique - normales dans une saison aussi longue - on peut aussi invoquer une autre raison pour l'efficacité retrouvée de Messi: la décision stratégique de le faire évoluer mardi derrière Villa, titularisé comme avant-centre.

"En lançant Villa en pointe, nous souhaitions fixer les défenseurs centraux pour donner plus de liberté à notre faux-neuf, Messi", dévoilait après coup Roura.

Un choix payant! L'Argentin ne s'est pas heurté comme à l'aller à la charnière centrale milanais, bénéficiant au contraire de beaucoup plus d'espaces. Une formule qui, si Villa poursuit son retour au premier plan, pourrait être appelée à se répéter.

cle/kn/ep/alh