NOUVELLES
13/03/2013 10:12 EDT | Actualisé 13/05/2013 05:12 EDT

Affaire Breton : l'ex-ministre a créé un précédent en se présentant au BAPE

L'ex-ministre de l'Environnement du Québec Daniel Breton a créé un précédent et un malaise en s'invitant dans les locaux du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement le 24 octobre dernier, a témoigné Pierre Fortin, ancien vice-président du BAPE, devant la commission parlementaire chargée de faire la lumière sur cette visite « inhabituelle ».

Daniel Breton aurait alors prévenu les employés du BAPE qu'ils seraient avisés si jamais il était insatisfait de leur travail, affirment des commissaires de l'organisme gouvernemental. L'ex-ministre aurait aussi demandé la liste des numéros de téléphone des commissaires.

M. Fortin a qualifié l'échange de « courtois », mais considère que « le ministre s'est ingéré maladroitement en violant les règles d'éthique élémentaires que le BAPE s'est données ». Le ministre ne se serait toutefois pas ingéré directement dans un dossier particulier, a-t-il concédé.

M. Fortin a aussi expliqué que le contexte de la visite de M. Breton n'était pas favorable, puisque le gouvernement Marois venait tout juste de congédier le président du BAPE, Pierre Renaud. Selon lui, M. Renaud aurait refusé pareille visite s'il avait été présent, mais en tant que vice-président, Pierre Fortin considère qu'il n'avait pas le pouvoir d'en faire autant.

« On était intimidés de voir débarquer le ministre comme ça, on ne savait pas ce qu'il allait faire », raconte M. Fortin.

Ingérence ou règlement de compte politique?

Selon le Parti québécois, le témoignage de Pierre Fortin avait des allures de règlement de compte politique.

Le député péquiste Scott McKay s'est employé à rappeler les doutes sur la légitimité des commissaires du BAPE, tous nommés par le précédent gouvernement Charest au moment de la visite. Ils avaient fait partie du personnel politique du Parti libéral du Québec (PLQ) ou avaient été candidats sous leur bannière.

« Je ne pense pas que le fait d'avoir passé dans un cabinet, ce soit une tache à vie pour une personne », s'est défendu Pierre Fortin.

Après la visite du 24 octobre, Pierre Fortin a lui aussi été congédié du BAPE par l'ex-ministre Breton. Daniel Breton, pour sa part, a démissionné de son poste de ministre le 29 novembre dernier à la suite de révélations sur son passé.

Le porte-parole de l'opposition officielle en matière d'énergie, Pierre Paradis, souhaite entendre l'actuel ministre de l'Environnement. « C'est difficilement crédible que le successeur de M. Breton ne se soit pas enquis de ce qui s'est passé », estime-t-il.

« Je ne voulais pas me faire conter ce qui s'est passé là, ni par mon chef de cabinet, ni par M. Breton », rétorque le ministre Yves-François Blanchet, qui se garde d'en dire plus.

Les parlementaires devront faire des recommandations à l'issue de la commission.

Avec les reportages de Julie Dufresne et Martine Biron