NOUVELLES
12/03/2013 04:56 EDT | Actualisé 12/05/2013 05:12 EDT

Wall Street bat sur le fil un 6e record d'affilée après une séance hésitante

La Bourse de New York a fini sans direction mardi, son indice vedette, le Dow Jones, se retournant in extremis après une séance en territoire négatif, pour signer son sixième record d'affilée en clôture: l'indice a grappillé 0,02% mais le Nasdaq a cédé 0,32%.

Selon les résultats définitifs à la clôture, l'indice Dow Jones Industrial Average, a gagné 2,77 points, à 14.450,06 points, un niveau sans précédent en clôture.

Le Nasdaq, à dominante technologique, a abandonné 10,55 points, à 3.242,32 points, au lendemain du franchissement d'un nouveau sommet en clôture depuis le 7 novembre 2000.

L'indice élargi Standard and Poor's 500 a reculé de 0,24% (-3,74 points) à 1.552,48 points. Il avait fini la veille à moins de 10 points de son propre plus haut niveau en clôture (1.565,15 points) franchi le 9 octobre 2007.

Malgré un ton hésitant depuis l'ouverture, le marché a offert au Dow Jones un nouveau sommet.

"Certaines des valeurs du Dow Jones dont (le constructeur aéronautique) Boeing et (les laboratoires) Merck ont enregistré des performances solides qui ont aidé l'indice à opérer ce retournement de dernière minute", a noté Peter Cardillo, de Rockwell Global Capital.

Et, au-delà de ces facteurs immédiats, "le Dow Jones a bénéficié d'une lourde tendance technique à la hausse", a-t-il ajouté, estimant qu'un fort mouvement de correction ne devrait pas intervenir avant avril.

L'indice élargi S&P 500, très surveillé par les professionnels de Wall Street, a cependant suspendu, pour l'instant, sa course vers un nouveau record historique, "les investisseurs (essayant) d'engranger quelques profits", ont observé les experts de Well Fargo.

"On ne peut pas défier les lois de la gravité éternellement", a expliqué Mace Blicksilver, du fonds d'investissements Marblehead Asset Management, pointant du doigt la faiblesse du secteur technologique qui a pesé sur les indices.

La faiblesse de l'indice américain VIX, un outil de mesure de la volatilité et de la nervosité du marché surnommé l'"indice de la peur", traduisait également, selon lui, "la grande confiance des courtiers" dans la solidité du marché.

Cet indice a atteint lundi et mardi des niveaux plus vus depuis le 17 avril 2007, sous le seuil pyschologique de 12.

Le marché obligataire a progressé. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans a reculé à 2,023% contre 2,056%, et celui à 30 ans à 3,219% contre 3,255%.

ppa/sl/bdx