NOUVELLES
12/03/2013 03:36 EDT

La vie a pu exister dans le passé sur la planète Mars, selon la Nasa

IN SPACE - MAY 15:  In this handout image provided by NASA, a blue and white part of Earth and the blackness of space are featured in this image photographed by an STS-132 crew member on the Earth-orbiting space shuttle Atlantis during flight day two activities on May 15, 2010 in space. This is the final scheduled mission for Atlantis and it will dock with the International Space Station to deliver a payload of a new Russian compartment and fresh batteries.  (Photo by NASA via Getty Images)
Getty Images
IN SPACE - MAY 15: In this handout image provided by NASA, a blue and white part of Earth and the blackness of space are featured in this image photographed by an STS-132 crew member on the Earth-orbiting space shuttle Atlantis during flight day two activities on May 15, 2010 in space. This is the final scheduled mission for Atlantis and it will dock with the International Space Station to deliver a payload of a new Russian compartment and fresh batteries. (Photo by NASA via Getty Images)

WASHINGTON, 12 mars 2013 (AFP) - La vie microbienne a pu exister dans le passé sur la planète Mars, selon une analyse des minéraux contenus dans le premier échantillon d'une roche effectuée par des instruments du robot américain Curiosity, a annoncé mardi la Nasa.

"Une question fondamentale à laquelle la mission Curiosity devait répondre était celle de savoir si Mars pourrait avoir été propice à la vie: sur la base de ce que nous savons maintenant, la réponse est affirmative", a déclaré lors d'une conférence de presse, Michael Meyer, le principal scientifique de la mission Curiosity.

Les instruments de Curiosity ont analysé le premier échantillon prélevé à l'intérieur d'une roche sur Mars. Celle-ci se trouvait à la fin d'un ancien réseau de rivières qui aurait pu fournir des ingrédients chimiques et d'autres conditions favorables pour la vie de microbes, ont expliqué ces chercheurs.

La roche contient de l'argile, formée dans de l'eau, des minéraux comme des sulfates et d'autres substances chimiques.

"Les minéraux argileux représentent au moins 20% de la composition de l'échantillon", a précisé David Blake de la Nasa, qui travaille avec l'instrument "CheMi", qui a effectué ces analyses.

De plus, cet ancien environnement humide, à la différence des autres déjà observés sur Mars, n'était pas fortement oxydé, acide ou très salé, ont expliqué ces chercheurs.

"On aurait pu boire cette eau", a lancé John Grotzinger, un autre responsable scientifique de la mission Curiosity, précisant aussi que les instruments du robot ne permettent pas de détecter la vie comme telle.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les 20 gagnants du concours "Nikon Small World Photomicrography"