NOUVELLES
12/03/2013 03:03 EDT | Actualisé 12/05/2013 05:12 EDT

Syrie: le Liban maintient sa politique de neutralité (Premier ministre)

Le Premier ministre libanais Najib Mikati a réaffirmé mardi que le Liban s'en tenait à une politique de neutralité vis-à-vis du conflit chez son voisin syrien, se démarquant de récents propos d'un ministre.

"Les dangers qui nous entourent ne permettent à aucun de nous de donner un avis personnel", a indiqué M. Mikati en conseil des ministres, ajoutant: "Ceci porte atteinte à la crédibilité du gouvernement".

"Les avis personnels n'impliquent pas le gouvernement", a-t-il encore dit, précisant qu'il commentait les propos du ministre libanais des Affaires étrangères Adnane Mansour.

"Face à la situation grave dans laquelle se trouve la Syrie, le gouvernement réaffirme sa politique de dissociation par rapport au dossier syrien sur laquelle tous les membres du gouvernement sont d'accord malgré leurs différents points de vue sur ce sujet", a-t-il ajouté.

Lors d'une réunion à la Ligue arabe la semaine dernière au Caire, M. Mansour avait demandé que la Syrie retrouve son siège au sein de l'institution panarabe.

La Ligue arabe avait décidé en novembre 2011 que la suspension de la Syrie restait en vigueur tant que le régime du président Bachar al-Assad n'appliquerait pas un plan arabe pour mettre fin à la violence dans son pays.

Un an plus tard, la Ligue a reconnu la Coalition nationale syrienne, la principale coalition de l'opposition, comme le "représentant légitime et le principal interlocuteur de la Ligue arabe".

Fin février, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon avait demandé aux responsables politiques libanais de s'assurer que le Liban reste neutre dans le conflit en Syrie afin d'éviter tout débordement.

Il se déclarait notamment "très inquiet" d'informations sur "la mort de membres du Hezbollah qui combattaient en Syrie", en référence au puissant mouvement chiite, principal membre de la coalition gouvernementale au Liban et allié de Damas.

rd/vl/cco