NOUVELLES
12/03/2013 08:24 EDT | Actualisé 12/05/2013 05:12 EDT

Ottawa encadrera mieux la récolte de données personnelles sur ses sites

Le gouvernement fédéral doit revoir son approche dans sa façon de surveiller les faits et gestes des Canadiens sur Internet.

De nouvelles façons de faire ont été instaurées pour encadrer l'usage que fait Ottawa des données recueillies pendant les visites d'internautes canadiens sur ses sites officiels. Il s'agit des premières directives complètes à être dictées depuis l'arrivée du gouvernement fédéral sur le web, il y a presque 20 ans.

Entre autres choses, les nouvelles réglementations encadrant le suivi des visites sur les sites web du gouvernement l'empêcheront de dresser un profil des individus connectés sur Internet en retraçant leur adresse IP.

Par ailleurs, tout usage de l'adresse IP pour évaluer le trafic sur un site web devra faire en sorte que cette adresse soit rendue anonyme.

« Les Canadiens vivent dans un monde de données. Plusieurs individus ne comprennent pas à quel point l'information les concernant est recueillie par les sites web et ensuite utilisée à des fins commerciales », indique-t-on dans le rapport sur la protection de la vie privée, publié par le Conseil du Trésor en prévision de l'instauration des nouvelles directives.

Ce nouveau cadre a été mis en oeuvre à la fin du mois de janvier. Les ministères ont toutefois un sursis, jusqu'en 2014, pour s'assurer que les tierces parties - à qui des contrats ont été octroyés pour l'analyse du trafic des sites gouvernementaux -, se plieront aux nouvelles directives. Les règlements ont été mis en place à la suite d'une lettre de la Commissaire à la protection de la vie privée, Jennifer Stoddart, qui avait émis des inquiétudes concernant cette pratique de collecte de données.

La porte-parole de la commissaire a soutenu dans un courriel envoyé mardi que l'organisme était satisfait des modifications apportées par le gouvernement fédéral. « Avec le virage web que s'apprête à adopter le gouvernement pour ses services aux citoyens, il sera encore plus important que ceux-ci soient bien protégés en navigant sur les sites du gouvernement canadien », a écrit Daphne Guerrero.

Ces directives font par ailleurs partie d'un plan plus large du gouvernement quant à sa présence en ligne, et dont la mise en place est à venir. Le projet comprendra notamment une série de normes qu'Ottawa devra respecter en matière d'utilisation des réseaux sociaux. Ils n'étaient, jusqu'à maintenant, encadrés par aucune restriction sur la vie privée.

La question de la collecte des données sur Internet inquiète la Commissaire à la protection de la vie privée. En septembre, son bureau avait déjà publié une enquête révélant, sans les nommer, que 25 sites Internet parmi les populaires au Canada récoltaient un grand nombre de données personnelles concernant leurs usagers.« Certains sites web parmi les plus consultés au Canada procéderaient à la divulgation de renseignements personnels d'utilisateurs inscrits, notamment des noms, des adresses électroniques et des codes postaux, vers des sites tiers comme ceux d'agences de publicité », expliquait la commissaire Stoddart en septembre. L'organisme fédéral avait alors indiqué qu'il avait contacté les 25 compagnies, afin qu'elles clarifient leurs pratiques.

En complément :
Des violations de la vie privée sur des sites populaires au Canada inquiètent la commissaire (septembre 2012)