NOUVELLES
12/03/2013 03:57 EDT | Actualisé 11/05/2013 05:12 EDT

L'UNICEF s'inquiète pour les enfants syriens


Dans un rapport publié mardi à Genève, l'UNICEF lance un cri d'alarme au sujet des enfants syriens.

Selon l'organisation onusienne, plus de 2 millions d'enfants risquent de devenir « une génération perdue », faute de soutien financier de la communauté internationale.

L'UNICEF a indiqué qu'elle sera contrainte de mettre fin à ses opérations en Syrie d'ici fin mars, car elle ne pourra plus « répondre aux besoins de base des enfants, tels que l'accès sanitaire, les campagnes de vaccinations contre la polio et la rougeole, les interventions sur les nouveau-nés, et l'aide médicale d'urgence ».

L'organisation onusienne a indiqué que son appel lancé pour collecter 195 millions de dollars n'a pas eu suffisamment d'écho auprès de la communauté internationale, puisque seulement 20 % du montant est arrivé dans les caisses de l'organisation.

L'UNICEF affirme qu'en Syrie, plus de 2 millions d'enfants sont touchés par la crise. Une école sur cinq a été détruite.

« Des millions d'enfants en Syrie et dans la région voient disparaître leur passé et leur futur », engloutis « dans les décombres et les destructions causées par ce conflit qui se prolonge », a indiqué Anthony Lake, directeur général de l'UNICEF.

« Les enfants sont confrontés à de terribles dangers, ils sont tués, mutilés, et rendus orphelins par ce conflit », a poursuivi M. Lake.

En plus des 2 millions d'enfants touchés directement par la guerre dans le territoire syrien, les enfants syriens réfugiés à l'étranger, qui représentent, selon l'UNICEF, la moitié du nombre total des réfugiés, subissent également les conséquences de ce conflit qui dure depuis deux ans.

Plus de 70 000 personnes ont été tuées en Syrie, selon l'ONU.

Appel à la mobilisation

Le mufti de la République Ahmad Badreddine Hassoun, la plus haute autorité de l'islam sunnite en Syrie, a appelé les Syriens à se mobiliser pour venir en aide à l'armée syrienne.

M. Hassoun a appelé « toutes les mères et les pères dans la patrie à inciter leurs fils à rejoindre les rangs de l'armée arabe syrienne afin de protéger et de défendre la Syrie face à la conspiration universelle qui vise sa terre, son peuple et ses institutions. »

Il a souligné que l'armée est « chargée de protéger la patrie et défendre les deux nations arabe et islamique et non pas une armée qui appartient à une personne, à un parti ou à une secte ».

Le quotidien syrien Al-Watan est allé dans le même sens que le mufti en appelant la population à se mobiliser contre les rebelles, tout en affirmant que l'armée avait « à sa disposition des hommes et des armes qui suffiraient à faire la guerre pendant des années pour défendre la Syrie ».

Al-Watan appelle « les citoyens, chacun selon ses capacités, à défendre leurs quartiers et leurs régions comme cela s'est passé à Alep, à Hama et à Homs où les citoyens, hommes et femmes, ont pris les armes et formé des Comités de défense ».

Pour l'opposition syrienne, l'appel du mufti de Syrie est « un appel au secours du régime ».