NOUVELLES
12/03/2013 03:49 EDT | Actualisé 12/05/2013 05:12 EDT

Les entreprises sont en faveur d'une entente de libre-échange Canada-UE

the flag of europe waving in...
Shutterstock
the flag of europe waving in...

OTTAWA - Les dirigeants des principaux groupes de pression des milieux d'affaires canadiens pressent le gouvernement fédéral de conclure une entente de libre-échange avec l'Union européenne (UE).

Les groupes ont publié une lettre afin d'assurer au ministre du Commerce international, Ed Fast, qu'ils appuieraient une entente, une fois celle-ci négociée, et contribueraient à la faire accepter par les travailleurs et les collectivités de partout au pays.

Dans leur lettre, la Chambre de commerce du Canada, le Conseil canadien des chefs d'entreprise, la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante, Manufacturiers et exportateurs du Canada, le Forum sur le commerce Canada-Europe ainsi que l'Association canadienne des importateurs et exportateurs ont affirmé au ministre qu'ils le soutiendraient entièrement.

Les opposants à une entente sur les échanges commerciaux et les investissements entre le Canada et l'UE sont également en train de galvaniser leurs troupes.

Lundi, des organisations de la société civile ont écrit au premier ministre français Jean-Marc Ayrault, de passage au Canada, afin de lui faire part de leur opposition à une entente de libre-échange, en particulier ses dispositions sur la protection des investisseurs, devant permettre aux entreprises de poursuivre les gouvernements au sujet des politiques restrictives.

Les négociations entre le Canada et l'UE ont débuté il y a près de quatre ans. Bien que des progrès aient été réalisés, les deux parties sont encore éloignées l'une de l'autre sur des questions controversées.

Après les États-Unis, l'UE est actuellement le deuxième marché commercial en importance du Canada, représentant environ 10 pour cent des exportations du pays. En revanche, le Canada est le 12e plus important partenaire commercial de l'UE, représentant quelque 1,6 pour cent de ses exportations.