NOUVELLES
12/03/2013 10:59 EDT | Actualisé 12/05/2013 05:12 EDT

Le SFPQ déplore la bilinguisation rampante de la fonction publique québécoise

La fonction publique québécoise subit une bilinguisation rampante et le projet de loi 14 du gouvernement Marois pourrait même accentuer cette tendance.

C'est ce qu'a dénoncé la présidente du Syndicat de la fonction publique du Québec (SFPQ), Lucie Martineau, mardi matin, au début de la commission parlementaire sur le projet de loi 14, qui vise à renforcer la Charte de la langue française.

Mais selon Mme Martineau, contrairement à ce que l'on peut penser, le projet de loi 14 ne renforce pas la loi 101, mais l'assouplit à bien des égards.

Par exemple, une entreprise ne sera plus contrainte de fournir sa documentation en français, mais ce sera seulement à la demande, ce qui expose les fonctionnaires aux plaintes et aux représailles, selon Mme Martineau.

Aussi, on demande de plus en plus aux fonctionnaires d'utiliser une autre langue, en l'occurrence l'anglais.

On assiste déjà à la bilinguisation de la fonction publique et le projet de loi 14 ne réglera rien, de l'avis de Mme Martineau.